Interview: Robin Guagliardo, éducateur canin

Robin Guagliardo éducation éducateur chien canin cote d'azur nice france

Tous les propriétaires de chiens, respectueux de leurs animaux et concernés par le bien-être de leurs canidés, savent à quel point l’éducation de leurs boules de poils est essentielle pour leur assurer une vie saine, heureuse et pleinement épanouie.

Agressivité, comportement destructeur, anxiété… De nombreux troubles du comportement peuvent en effet résulter d’une éducation canine inadaptée.

Heureusement, les parents de chien, parfois dépassés par les besoins et le caractère de leur compagnon, peuvent faire appel à un professionnel animalier en particulier ; l’éducateur canin.

Véritable allié des propriétaires de chien, un éducateur canin accompagne les maîtres dans le dressage de leur animal, mais pas que…

L’éducateur canin va bien au-delà de la résolution de problèmes d’obéissance et d’hygiène.

Outre le fait de répondre à des problématiques “propreté”, “socialisation” et “comportement”, l’éducateur canin peut aussi, en fonction de ses compétences, donner des conseils sur les besoins d’un chien, et ce, que ce soit au niveau de l’alimentation, la santé, du confort et de la législation.

Le tout, de manière personnalisée et individuelle, de façon à répondre aux besoins uniques de l’animal que l’éducateur a en face de lui.

Chaque éducateur canin ayant sa propre méthode, nous sommes partis à la rencontre de ces professionnels qui guident nos canidés et leurs propriétaires, sur la voie de l’harmonie, du développement personnel, de l’entente, de la compréhension ainsi que du renforcement du lien humain/chien.

Voici notre premier portrait de ces Hommes “qui murmurent à l’oreilles des canidés”, avec l’interview de Robin Guagliardo, éducateur canin comportementaliste à Nice. 


Interview – Robin Guagliardo, éducateur canin comportementaliste


 

Robin Guagliardo éducateur chien prix tarif adresse nice professionnel contact france

 

Bonjour Robin, pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Bonjour, je m’appelle Robin Guagliardo.

J’ai 24 ans, j’habite à Nice et je suis éducateur canin comportementaliste, depuis un peu plus d’un an maintenant.

Je suis de nature très enjouée et investie, ce qui me permet d’être complètement épanoui dans mon métier.

D’où vient cette envie de devenir éducateur canin ?

Cette histoire est très drôle.

Un jour, mon conjoint m’envoie un texto en me disant qu’il souhaitait adopter un chien.

Alors qu’il en était hors de question pour moi, j’ai finalement cédé.

Ni une ni deux, à peine cette boule de poils arrivée à la maison que le coup de foudre a eu lieu.

Étant novices, lui comme moi dans le monde des canidés, nous avons décidé de nous inscrire dans un club canin.

Dès la première séance, j’ai vu cette passion en moi grandir.

J’ai d’abord vu ça comme un rêve, mais 6 mois plus tard j’étais décidé.

C’est là que j’ai entamé ma formation.

Quelle formation avez-vous suivie ?

J’ai suivi une formation de 4 mois dans le Centre de Formation Canine de la Plaine à Nice.

Après ces 4 mois de formation, j’ai continué à me former en toute autonomie… Notamment en lisant des livres d’éducation canine.

Présentez-nous vos différents accompagnements ? Pour quoi ? Pour qui ?

Ma première rencontre avec le client consiste en un bilan comportemental.

Cette première approche va me servir à comprendre les problèmes que rencontre le maître avec son chien, et à observer les problèmes comportementaux de celui-ci.

A partir de là, je propose plusieurs options ; de l’obéissance par exemple.

Malgré tout, je me rends compte souvent que le premier problème provient du fait que le chien n’a pas ses besoins remplis.

Si tel est le cas, je propose alors de participer à mes demi-journées récréatives. Un concept très simple ; j’accueille les chiens sur un terrain pendant une demi-journée, pour qu’ils puissent se défouler.

Que pensez-vous du renforcement positif ? Est-une méthode que vous employez ? Pourquoi ?

Le renforcement positif est la base de toute éducation, et pas seulement avec les chiens.

Il est évident que je pratique cette méthode et je me bats encore aujourd’hui contre les maîtres qui souhaitent éduquer leurs chiens sans jouets et sans friandises (bien que cela ne soit pas les seules récompenses en renforcement positif).

Présentez votre méthode en détails :

C’est vrai, sur mon site on peut retrouver les thermes « méthode bienveillante et respectueuse », mais j’aimerais rentrer dans les détails. 

Pour commencer, la base de ma méthode consiste à faire comprendre aux maîtres qu’il faut s’adapter à l’individu qu’ils ont adopté, qu’aucun individu ne se ressemble, et, qu’ensemble, nous allons trouver le moyen (si cela ne se passe pas encore comme ça) pour que tout se passe bien.

Ma deuxième mission est de faire comprendre aux maîtres que les chiens ont des besoins.

Je refuse de travailler sur un chien dont les besoins n’ont pas été comblés.

Pourquoi ? Car il sera impossible pour le chien de se concentrer à quoi que ce soit.

Ensuite, vient le moment de faire comprendre aux maîtres, que leur chien ne sera jamais un robot et que je ne leur vends pas une télécommande.

Ce sont des êtres vivants, avec des émotions et tout ce qui s’ensuit.

Voilà pour la partie “éducation”.

Parlons maintenant de rééducation.

Tout comme l’éducation, j’explique aux maîtres tout ce que je viens de vous expliquer ci-dessus.

Pour la réactivité congénère par exemple, je vais beaucoup travailler avec mes 2 loulous (Ouzo, beagle de 2 ans et demi, et Pytah, berger allemand de 3 ans), qui vont m’aider à comprendre l’individu en face de moi, et pouvoir sélectionner par la suite le chien qui m’aidera à remettre dans le droit chemin ce canin dit “réactif”.

Dans la réactivité congénère, les chiens qui m’assistent en font beaucoup plus que moi.

Je sélectionne des chiens capables de faire comprendre à son congénère comment se comporter.

Et je vous devance car je sais ce que vous vous dites ; non pas de chien régulateur, non pas de chien qui cartonne, juste des chiens sachant communiquer.

Utilisez-vous le clicker training ? Pourquoi ?

Non, je n’utilise pas cette méthode, car, pour commencer, on ne m’a jamais appris à le faire, et comme toute méthode on ne peut pas improviser.

D’autre part, je n’en ai jamais eu l’utilité jusqu’à présent.

Que pensez-vous de la méthode punitive ? Est-elle en train de disparaître au profit de méthodes plus bienveillantes ?

Il est évident que les méthodes punitives sont en train de disparaître, mais mieux que ça, ce sont les mentalités qui changent… Et ça c’est une grande avancée.

Quelle approche conseillez-vous aux parents de chien agressif ou stressé ?

Compliqué de répondre à cette question… Je leur conseillerais de se rapprocher le plus rapidement possible d’un éducateur canin en méthode bienveillante : il y a toujours une solution.

Selon vous, à quel pourcentage du développement de troubles du comportement est responsable l’éducation ?

Cette question me plait.

Avant même de parler d’éducation, nous allons parler des parents des chiots adoptés dans un élevage ou ailleurs.

Si vous souhaitez acquérir un chiot, il est en effet primordial de rencontrer les parents pour se faire une idée de votre future boule de poils.

Si les parents vous semblent réactifs, stressés ou que sais-je encore… FUYEZ !

Il est ensuite nécessaire de parler de l’environnement dans lequel vit le chien.

Si vous êtes de nature anxieuse par exemple, il est évident que votre chien ressentira cela, ce qui pourra dans le temps créer un chien anxieux.

Ensuite, rentre en compte l’éducation.

Je ne vais pas répondre sous forme de pourcentage mais pour moi l’éducation ne fait pas entièrement la nature d’un chien.

C’est beaucoup plus complexe que ça.

Cela dit, il est évident que certaines formes d’éducation créent des problèmes comportementaux.

A quel moment faire appel à un éducateur ?

Dans l’idéal, avant même l’acquisition de votre animal.

Si ce n’est que pour vous guider vers quelle race vous tourner ; encore trop de monde se trompe lors du choix de celle-ci.

Votre plus beau souvenir professionnel ?

Mon plus beau souvenir professionnel s’est passé il y a peu.

Je m’occupe depuis quelques mois de deux bergers d’Anatolie qui vivent en enclos dans la maison d’un riche homme d’affaires.

Ces 2 nounours, qui aujourd’hui ont 15 mois et font 65 et 75 kg, n’avaient jamais eu l’occasion de jouer avec des chiens.

Nous les avons donc amenés au parc à chiens avec un homme d’entretien de la villa… Les avoir observer jouer avec d’autres chiens m’a fait un vrai pincement au cœur, car ce sont deux véritables amours.

3 conseils pour nos lecteurs pour réussir l’éducation d’un chien ?

Plutôt qu’éduquer son chien, je dirais bien vivre avec son chien.

Mon premier conseil, qui est vraiment primordial, est de respecter les besoins de votre chien. Il est impératif de répondre à TOUS ses besoins.

Mon second conseil serait de vous faire aider si vous ne vous sentez pas capable d’éduquer votre chien seul.

Mon dernier conseil serait de profiter et kiffer avec votre chien.

Créez une relation de confiance entre lui et vous.

Où peut-on vous trouver si l’on souhaite faire appel à vous ?

Vous pouvez me trouver sur :

J’aimerais remercier Audrey pour cette petite interview, sa demande m’a fait grand plaisir.

A bientôt tout le monde et comme dit plus haut ; KIFFEZ AVEC VOTRE CHIEN ! ❤️

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *