Acheter le meilleur CBD pour animaux, recommandé par les vétérinaires

Epilepsie chez le Chat : Origine, Symptômes & Traitement – Botaneo

Livraison Offerte à partir de 69€ !

Epilepsie chez le Chat : Origine, Symptômes & Traitement

Epilepsie chez le Chat : Origine, Symptômes & Traitement

Une crise d'épilepsie n'est pas une maladie en soi, mais le signe d'un fonctionnement anormal du cerveau.

La plupart des crises d’épilepsie surviendront pendant qu'un chat est détendu et se repose tranquillement.

De nombreux types de crises d'épilepsie existent chez l'homme, le chien ou le chat, même s'ils se divisent généralement en deux catégories principales : partielle et généralisée.

Crises généralisées

Les crises généralisées sont généralement faciles à reconnaître et se caractérisent par :

  • un effondrement soudain,
  • une perte de conscience,
  • des tremblements violents au niveau des quatre membres,
  • une mastication et/ou une contraction du visage,
  • une salivation, une miction et une défécation.

Ces signes durent une à trois minutes.

Certains chats peuvent avoir une crise après une autre avec une récupération courte ou aucune récupération.

Avant la crise, le chat peut présenter des changements de comportement tels que la salivation, le grognement ou la stimulation.

La convalescence peut prendre de quelques secondes à quelques heures.

Durant cette période, le chat parait désorienté, aveugle et vacillant.

Crises partielles

Comparativement aux chiens, les chats présentent plus souvent des convulsions partielles.

Ces crises n'affectent qu'une partie du corps et sont beaucoup plus difficiles à reconnaître.

Elles peuvent se manifester sous forme de :

  • bave,
  • secousses au niveau des paupières ou du visage,
  • vocalisations excessives,
  • grognements,
  • mouvements anormaux de la tête, du cou ou des membres.

Elles peuvent évoluer vers des crises généralisées et se produire plusieurs fois au cours de la journée.

Fournir un enregistrement vidéo de l'événement à votre vétérinaire est utile pour déterminer si votre chat fait vraiment une crise d'épilepsie.

Bien que l'on pense que les crises convulsives chez les chats se produisent moins fréquemment que chez les chiens, la fréquence des crises convulsives a tendance à être élevée, quels que soient le type et la cause sous-jacente.

Qu'est-ce que l'épilepsie ?

L'épilepsie n'est pas une maladie spécifique, mais une maladie chronique caractérisée par des crises d'épilepsie récurrentes.

Elle est causée par une anomalie au sein même du cerveau.

Un chat ayant une crise épileptique unique ne souffre pas d'épilepsie, car les crises ne sont pas récurrentes.

Si les crises d'épilepsie se produisent en raison d'un problème extérieur au cerveau, par exemple, à cause d'un faible taux de sucre dans le sang qui endommage les cellules cérébrales, il ne s'agit pas d'épilepsie.

Que faire lorsqu'un chat fait une crise ?

Bien qu'une crise de convulsions soit une expérience effrayante pour tout propriétaire de chat, il est important d'essayer de rester calme.

Assurez-vous que votre chat ne risque pas de se blesser, par exemple en tombant dans les escaliers ou sur des meubles.

Lorsque votre chat commence une crise, notez l'heure. La plupart des crises cesseront d'elles-mêmes en l'espace d'une à trois minutes, bien que le chat puisse prendre de quelques minutes à quelques heures pour se rétablir complètement.

Si une crise dure très longtemps (plus de cinq minutes pour la convulsion proprement dite) ou est suivie d'autres crises rapprochées, une assistance vétérinaire doit être immédiatement envisagée.

Quelles sont les causes de la crise d'épilepsie ?

L'origine des crises d'épilepsie peut être trouvée à l'intérieur du cerveau (causes intracrâniennes) ou à l'extérieur du cerveau (causes extracrâniennes).

  • Les poisons et les maladies métaboliques : des causes extracrâniennes

Dans ces cas, le cerveau est en parfaite santé, mais réagit avec des convulsions suite à une toxine ingérée ou appliquée sur l'animal, une modification de la composition sanguine causée par un problème métabolique (maladie du foie ou des reins, faible taux de calcium ou de sucre...), une hypertension artérielle ou un rythme cardiaque anormal.

C’est pourquoi le terme « crises épileptiques réactives » est souvent utilisé pour décrire cette catégorie de causes.

Avec des causes toxiques, les crises récurrentes sont peu probables à moins que le chat soit à nouveau exposé à la toxine.

  • Les causes intracrâniennes sont divisées en épilepsie primaire et secondaire

En cas d'épilepsie secondaire, les crises d'épilepsie sont le signe d'une maladie structurelle du cerveau.

Cette maladie peut être :

- une tumeur au cerveau, 
- une inflammation, 
- une infection du cerveau (encéphalite), 
- une malformation du cerveau, 
- un accident vasculaire cérébral récent ou précédent,
- un traumatisme crânien.

Les crises d'épilepsie peuvent survenir seules ou être associées à d'autres symptômes (cécité, agitation et/ou somnolence).

En cas d'épilepsie primaire (également connue sous le nom d'épilepsie idiopathique), il n'y a pas de maladie cérébrale, mais les crises d'épilepsie sont causées par un problème fonctionnel (déséquilibre chimique entre les messagers excitateurs et inhibiteurs du cerveau).

Les chats atteints d'épilepsie primaire ont tendance à subir leur première crise quand ils arrivent à l'âge adultes.

Alors que l'incidence réelle de l'épilepsie primaire chez les chats est inconnue, il a été suggéré qu'entre 21 et 59% des chats souffrant de crises convulsives sont des épileptiques primaires.

L'épilepsie primaire chez le chien est généralement d'origine génétique; cependant, il y a peu de preuves de cela chez le chat.

Quels tests peuvent être effectués pour rechercher la cause des crises convulsives chez un chat ?

La première étape du diagnostic d’un trouble convulsif implique un historique complet de votre part et un examen physique complet de votre chat.

Des analyses de sang aideront à éliminer certaines maladies (métaboliques), mais des analyses supplémentaires seront probablement nécessaires pour en déterminer la cause.

Un certain nombre de troubles épileptiques chez les chats sont associés à des tumeurs cérébrales fréquemment opérables.

Les tests peuvent inclure :

  • Analyse du liquide céphalorachidien
  • Imagerie avancée, telle que l'IRM ou la TDM
  • Électrodiagnostic (EEG) - réservé aux spécialistes en neurologie

Le diagnostic d'épilepsie primaire est malheureusement un diagnostic d'exclusion après l'élimination des causes structurelles extracrâniennes métaboliques et intracrâniennes.

Il n'y a pas de test diagnostique définitif pour cette affection et toutes les investigations (test sanguin, IRM ou tomodensitométrie du cerveau et analyse du LCR) reviendront à la normale. Le diagnostic d'une cause extracrânienne de crises d'épilepsie est basé sur une exposition connue à une toxine et sur une analyse de sang.

Cette dernières est importante pour éliminer la possibilité d'un dysfonctionnement des reins, du foie et d'autres organes.

L'évaluation de la pression artérielle doit également être envisagée chez les chats âgés chez qui l'hypertension artérielle (souvent liée à une hyperactivité de la thyroïde, à une insuffisance rénale chronique et / ou à une maladie cardiaque) est une cause fréquente de crises convulsives tardives.

Le diagnostic de l'épilepsie secondaire est basé sur la recherche d'une maladie cérébrale en utilisant une IRM ou une tomodensitométrie du cerveau (scanner cérébral) et une analyse du LCR.

L'IRM, qui signifie imagerie par résonance magnétique, est devenu un outil essentiel dans l'investigation de maladies neurologiques telles que l'épilepsie. Il aide à diagnostiquer les causes intracrâniennes de crises telles que tumeurs cérébrales, encéphalites (inflammation ou infection du cerveau), accidents vasculaires cérébraux ou malformations du cerveau. Bien qu'il s'agisse d'une procédure non invasive et indolore, elle nécessite de soumettre le chat à un anesthésique général.

La tomodensitométrie est une technique de radiographie utilisant un ordinateur pour reconstruire des images en coupe transversale de l'animal dans le scanner. Comparée à l'IRM, la tomodensitométrie donne moins de détails sur les tissus mous tels que le cerveau. Le LCR, liquide céphalo-rachidien, est le liquide qui baigne le cerveau et la moelle épinière. La collecte de LCR (également appelée ponction médullaire) est un autre outil essentiel dans l'investigation des maladies du cerveau. Ce liquide peut être récupéré à partir de la nuque (ponction cisternale) ou de la partie inférieure du dos (ponction lombaire).

Comment traite-t-on les crises d'épilepsie ?

Le traitement des crises d'épilepsie devrait avant tout être axé sur la cause sous-jacente, si l'on peut en identifier une. Le traitement de l'épilepsie primaire consiste en l'utilisation d'antiépileptiques à long terme (souvent tout au long de la vie).

De nombreux médicaments peuvent être utilisés à cet effet chez les chats, notamment le phénobarbital, le lévétiracétam, le zonisamide, la gabapentine et la prégabaline.

Le traitement des crises épileptiques ne vise pas à guérir l'épilepsie mais à «le contrôler».

Un traitement est généralement considéré comme réussi si le chat ne présente pas de crises ou si la fréquence des crises a été réduite d'au moins 50% et si les effets indésirables du médicament sont nuls ou minimes.

Il est donc important de tenir un journal des crises, indiquant le nombre de crises, ainsi que leurs caractéristiques (durée, gravité, type de manifestation observée, etc.).

Lorsque le traitement n’est pas efficace (c’est-à-dire que la fréquence des crises ne diminue pas de moitié chez le chat, qu’il n’y a pas de changement ou que sa fréquence augmente), le plan de traitement doit être réévalué avec votre vétérinaire.

Les causes de l’absence de réponse au traitement antiépileptique sont les suivantes :

  • diagnostic incorrect (causes des crises épileptiques autres que l’épilepsie),
  • dosage inadéquat du médicament,
  • le chat devient «résistant» (ou réfractaire) à l’effet antiépileptique du médicament.

Étant donné que l'épilepsie primaire est une condition qui ne peut pas être guérie, il est très probable que le chat doive rester en traitement pendant le reste de sa vie. Les médicaments antiépileptiques ne doivent jamais être arrêtés brusquement car des « crises de sevrage » peuvent survenir.

Une réduction de la posologie ne devrait être envisagée que si le chat ne présente pas de crise pendant au moins un an; le médicament doit être réduit progressivement sur plusieurs mois.

Quand commencer un traitement antiépileptique ?

La décision de commencer un traitement antiépileptique reste controversée. Les chats souffrant d'une seule crise ou de crises isolées séparées par de longues périodes ne nécessitent pas de traitement.

Un traitement antiépileptique est recommandé dans les cas suivants :

  • Lorsqu'un chat a plus d'une crise par mois, a plus d'un événement dans la grappe ou a un état de mal épileptique;
  • Lorsque les crises se produisent en second lieu à une maladie structurelle du cerveau ou après une blessure à la tête (en particulier si les crises commencent au cours de la première semaine d'une blessure à la tête);
  • Lorsque la fréquence ou la gravité des crises augmente.

Soulager naturellement un chat épileptique 

Le Cannabidiol, CBD, issu de la plante de chanvre est réputé pour être un puissant anticonvulsivant. Apaisant et calmant, il peut ainsi soulager et calmer un chat sujet aux crises.

Après avoir consulté votre vétérinaire, vous pourrez trouver du CBD sous différentes formes.

Botaneo, la marque n°1 de CBD pour chien et chat propose une gamme de plusieurs produits :

Meilleur traitement pour l'épilepsie chez le chat



À propos de l'auteur - Audrey Costa

Passionnée par les animaux, Audrey puise son expertise dans sa formation d'éducatrice, comportementaliste canin ainsi que sa large expérience auprès des propriétaires d'animaux.

Spécialiste du comportement des chiens, Audrey ne cesse d'en apprendre sur nos compagnons à quatre pattes en étudiant les ouvrages vétérinaires de référence mais aussi les sites de recherches universitaires (Royal Vetenarinay College, UCD, Utrecht, Cambridge, Cornell, etc.)

Aujourd'hui, Audrey partage son temps entre les conférences qu'elle donne en France et à l'étranger, et la rédaction d'articles pour Botaneo.

  • Consulter son profil LinkedIn


  • Articles Similaires

    Comment habituer mon chien à être seul à la maison ?
    Comment habituer mon chien à être seul à la maison ?
    Laisser son chien seul à la maison est un véritable crève-cœur ! « S’ennuie-t-il quand je le quitte ? », « M’attend-t...
    Lire
    Glaucome chez le Chien : Causes, Symptômes & Traitement
    Glaucome chez le Chien : Causes, Symptômes & Traitement
    Le Glaucome ou la maladie du nerf optique chez les chiens en bref Le glaucome est une maladie dans laquelle une press...
    Lire
    Mon chien est hyperactif : les 5 remèdes naturels qui fonctionnent
    Mon chien est hyperactif : les 5 remèdes naturels qui fonctionnent
    Au-delà d’un abus de langage, l’hyperactivité chez le chien est un véritable trouble du comportement, également connu...
    Lire

    Laisser un commentaire

    Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés

    Social Proof Experiments