La Chine annonce l’exclusion des chiens et chats dans la liste officielle des animaux comestibles

La Chine annonce l'exclusion des chiens et chats dans la liste officielle des animaux comestibles
Le ministère de l’Agriculture et des Affaires rurales cite :
  • Les inquiétudes concernant le bien-être animal
  • La prévention de la transmission des maladies
comme facteurs à l’origine de l’exclusion des chiens et chats dans la liste des animaux comestibles.

Le gouvernement chinois vient d’annoncer la fin de la consommation de chiens en publiant un projet de loi interdisant la viande canine.

Citant les « progrès de la civilisation humaine » ainsi que les préoccupations croissantes du public concernant le bien-être animal et la prévention de la transmission des maladies des animaux aux humains, le ministère chinois de l’Agriculture et des Affaires rurales a exclu les chiens et chats dans la liste des animaux autorisés à être élevé pour la viande.

Le ministère a qualifié les chiens d ‘« animal de compagnie » et non reconnu internationalement comme du bétail.

 

SHENZHEN, LA PREMIÈRE VILLE DE CHINE À INTERDIRE DE MANGER DES CHATS ET DES CHIENS

La ville de Shenzhen a récemment approuvé l’interdiction de la consommation de viande de chien et de chat en Chine continentale.

La nouvelle ordonnance entrera en vigueur le 1er mai et fera de Shenzhen la première ville de Chine à interdire la consommation d’animaux élevés comme animaux de compagnie, a rapporté CNN.

Un nouvel espoir pour les associations de protection d’animaux du monde entier qui estiment que d’autres parties du pays pourraient bientôt emboîter le pas.

« Le ministère a rappelé que les chiens ne sont pas des animaux destinés à l’alimentation », a déclaré Paul Littlefair, responsable international de la Royal Society for the Prevention of Cruelty to Animals. « [Cela] laisse la porte ouverte aux gouvernements locaux pour suivre l’exemple de Shenzhen. »

Bien qu’il ne s’agisse pas officiellement d’une interdiction de la consommation de viande de chien, le projet du ministère de l’Agriculture pourrait être un « tournant révolutionnaire pour le bien-être animal en Chine », a déclaré Wendy Higgins de la Humane Society International (HSI) au Guardian.

« Cela marque un changement majeur. La plupart des gens en Chine ne mangent pas de chiens et de chats et veulent mettre fin au vol de leurs animaux de compagnie pour un commerce de viande auquel seulement un petit pourcentage de la population se livre », a déclaré Higgins.

HSI estime qu’entre 10 et 20 millions de chiens sont tués en Chine pour leur viande chaque année, tandis que Animals Asia estime le nombre de chats à environ 4 millions par an.

« La plupart d’entre eux sont des animaux volés et ne sont pas élevés dans des installations d’élevage en captivité », explique Higgins.

« Non seulement cela provoque d’énormes souffrances animales, mais ce marché est également presque entièrement alimenté par la criminalité et, peut-être le plus important actuellement, pose une menace indéniable pour la santé humaine avec le risque de maladies telles que la rage et le choléra », a-t-elle déclaré.

Ce texte est soumis à commentaires jusqu’au 8 mai et intervient après l’interdiction en février dernier du commerce et de la consommation d’animaux sauvages, une pratique suspectée d’être à l’origine de la propagation du Covid-19. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *