Crise d’épilepsie chez le chien : comprendre et agir

L’épilepsie est un trouble grave, chez le chien comme chez l’homme, qui est surtout connu pour les crises qu’elle engendre, appelées crises convulsives ou crises d’épilepsie.

Très impressionnant, ce problème de santé est assez fréquent puisqu’il concerne 1 à 2 % des chiens.

La maladie épileptique apparait fréquemment entre 1 et 5 ans.

Certaines races sont plus prédisposées comme le Labrador Retriever, le Golden Retriever, le Berger Allemand, le Setter Irlandais, le Tervueren, le Beagle ou le Cocker Américain.

Cependant, tous les chiens peuvent être sujets à l’épilepsie.

Pour mieux appréhender cette maladie et savoir comment agir, voici tout ce qu’il faut connaître sur l’épilepsie chez le chien.

 

Qu’est-ce que l’épilepsie chez le chien ?

L’épilepsie canine est constituée par un ensemble de symptômes dont des crises d’épilepsie récurrentes, également appelées crises convulsives.

Une crise convulsive est l’expression d’un dysfonctionnement cérébral (électrique) pouvant être :

  • Extracrânien, c’est-à-dire environnemental (réaction à un composant toxique) ou organique (à la suite d’une hypoglycémie ou d’une insuffisance hépatique ou rénale).
  • Intracrânien, soit structurel (malformation, lésion, trouble), soit fonctionnel (seule la fonction est perturbée sur une structure saine).

Ces deux causes différentes déterminent la nature de l’épilepsie (primaire ou secondaire).

L’épilepsie primaire (ou idiopathique ou essentielle) se caractérise par une absence de lésion cérébrale ou métabolique.

Elle concerne 50 % des crises d’épilepsie.

L’épilepsie secondaire s’explique par la présence d’une lésion liée à une malformation congénitale, un traumatisme, une tumeur ou une inflammation.

Une crise convulsive ne suffit pas pour évoquer une épilepsie.

C’est la répétition des crises qui signent le diagnostic.

STRESS, INCONFORT, AGITATION...

Quel calmant marche ?

Faites le test gratuit et découvrez les solutions naturelles les plus efficaces pour soulager votre chien.

Je fais le test !


Quels sont les symptômes de l’épilepsie chez le chien ?

Les crises convulsives sont accompagnées de différents signes :

  • Moteurs : mouvements stéréotypés et involontaires, raideurs et spasmes.
  • Sensoriels (sens) ou sensitifs (toucher) : sensations anormales
  • Neurovégétatifs : le chien peut baver, uriner et déféquer.
  • Psychiques : possible altération de la conscience.

Concernant les crises convulsives, on distingue les crises généralisées et les crises partielles.

Les crises généralisées sont la conséquence d’un dysfonctionnement global du cerveau (les deux lobes bilatéraux).

Elles peuvent être convulsives ou non :

  • Les crises convulsives (« grand mal ») se caractérisent par des contractions musculaires, un pédalage, une perte de conscience, des troubles de la respiration, l’émission d’urine et/ou de selles.
  • Les crises non convulsives également appelées absences (« petit mal ») sont caractérisées par une perte de tonicité musculaire et une éventuelle perte de conscience. Elles sont moins spectaculaires et donc plus difficilement identifiables chez le chien comme chez les autres animaux.

Les crises généralisées peuvent être isolées (maximum une par 24 h), elles peuvent constituer des clusters (2 crises ou plus par 24 h) ou se définir par le status epilepticus (« mal épileptique ») pendant lequel les crises s’enchainent sur plus de 30 minutes sans retour à l’état normal.

Le mal épileptique est une urgence médicale.

Les crises partielles sont la conséquence d’un dysfonctionnement d’un groupe de neurones du cerveau. Elles se manifestent différemment selon la zone cérébrale touchée. On distingue :

  • Les crises partielles simples où les symptômes sont simplement moteurs et/ou sensoriels sans perte de conscience.
  • Les crises partielles complexes qui peuvent provoquer perte de conscience et mouvements involontaires (tressautements des muscles de la face, mâchonnements, léchages, morsures, aboiements). Les pupilles sont dilatées.

Les crises convulsives apparaissent souvent chez un chien endormi ou au repos.

Le stress, la fatigue et la chaleur sont des facteurs favorisant le déclenchement des crises.

A lire aussi : Meilleur anti-stress pour chien

 

Comment se déroule une crise d’épilepsie chez le chien ?

Une crise d’épilepsie se déroule en quatre phases successives :

  • La première phase, également appelée prodrome, se manifeste quelques heures à quelques jours avant la crise convulsive mais est difficilement identifiable chez le chien.
  • La seconde phase, appelée aura, se manifeste juste quelques minutes à quelques secondes avant la crise. Au cours de cette phase, le chien présente différents signes tels que des tremblements, une hypersalivation, des gémissements, de la fatigue. Il peut chercher l’attention ou au contraire s’isoler.
  • La crise, nommée ictus, a une durée très courte de quelques secondes à quelques minutes.
  • La dernière phase, après la crise, est appelée post-ictale, le chien présente une grande fatigue, il peut être désorienté et présenter des troubles de la vision.

Que faire pendant une crise d’épilepsie chez le chien ?

Surtout ne paniquez pas ! Vous ne pouvez pas empêcher ni stopper la crise d’épilepsie.

Vous pouvez juste sécuriser votre animal pendant la crise pour éviter qu’il ne se blesse.

Pour cela, s’il se trouve sur un canapé ou en hauteur, installez-le tout de suite sur le sol, loin des meubles et éventuels objets.

Diminuez les stimulations sensorielles en éteignant les lumières et en évitant les bruits et les cris.

Accompagnez votre animal en le caressant et en lui parlant doucement pour le rassurer.

Soyez vigilant à rester à distance de sa gueule car il pourrait mordre de façon involontaire.

Ne tentez pas de lui tenir la tête ou de sortir sa langue, il ne l’avalera pas.

Enfin, pour affiner le diagnostic et le traitement par le vétérinaire, pensez à chronométrer et, si possible, à filmer la crise.

Lorsque la crise est terminée, aidez-le à se maintenir sur ses pattes s’il tente de se lever.

Quand vous constatez qu’il va mieux, vous pouvez lui donner un peu d’eau.

Si la crise convulsive est longue (plus de 5 minutes) ou si elle se manifeste trois fois dans une journée, contactez rapidement les urgences vétérinaires.

 

Quelles sont les séquelles d’une crise d’épilepsie chez le chien ?

Une crise d’épilepsie s’apparente à une véritable tornade qui bouscule le cerveau et donc tout l’organisme de l’animal.

La phase post-ictale ou phase de récupération de l’animal peut être plus ou moins longue selon les chiens.

La fatigue, très importante, crée une véritable léthargie chez l’animal qui peut présenter des courbatures, un état de confusion conséquent parallèlement à une perte temporaire de la vision.

Il est possible que des troubles de l’équilibre soient présents. Dans ce cas, le chien montrera une très grande fragilité.

En général et si le chien réagit bien au traitement mis en place par le vétérinaire, cette phase de récupération est transitoire et n’entraine pas de séquelles pour l’animal.

Cependant, quand les crises convulsives se suivent sans phase de récupération (crises subintrantes) et/ou qu’elles sont importantes, des séquelles neurologiques graves et irréversibles peuvent survenir.

Il en est de même si le chien ne répond pas favorablement au traitement mis en place par le vétérinaire.

On parle alors d’état d’épilepsie réfractaire.

Les séquelles qui peuvent être constatées sont des troubles de la coordination (le chien réalise des mouvements en cercle), une cécité et/ou une hyperactivité.

Ces séquelles peuvent être temporaires ou permanentes.

STRESS, INCONFORT, AGITATION...

Quel calmant marche ?

Faites le test gratuit et découvrez les solutions naturelles les plus efficaces pour soulager votre chien.

Je fais le test !


Un chien peut-il mourir d’une crise d’épilepsie ?

L’épilepsie est une maladie qui peut, généralement, être stabilisée par un traitement médicamenteux adapté, à prendre à vie.

Cependant, des décès sont possibles chez les chiens épileptiques si les crises sont intenses, longues (plus de 5 minutes) et/ou rapprochées sans possibilité de les réguler.

Les lésions cérébrales sont alors massives et peuvent entrainer le décès du chien.

D’autres causes peuvent intervenir comme un arrêt cardiaque.

 

Comment diagnostiquer une épilepsie chez le chien ?

Le diagnostic d’une épilepsie primaire ou idiopathique est difficile car, entre les crises, le chien ne présente aucun symptôme et aucune anomalie n’est constatée sur les différents examens, notamment neurologiques.

Le diagnostic se fait donc par élimination des maladies ou troubles pouvant déclencher une crise d’épilepsie.

Des examens peuvent être réalisés comme un bilan sanguin ou un scanner.

Concernant le diagnostic d’une épilepsie secondaire, il est nécessaire de réaliser un ensemble d’examens pour identifier le trouble ou la maladie à l’origine des crises convulsives. Il peut s’agir :

  • D’un bilan sanguin
  • D’une analyse d’urine
  • D’une radiographie et/ou IRM
  • D’une échographie
  • D’un scanner
  • D’une ponction lombaire

 

Crise d’épilepsie chez le chien : Quelles solutions ?

  1. Traitement médical

Les crises convulsives étant, le plus souvent, au centre de l’épilepsie, le traitement va avoir pour but de diminuer la survenue, l’intensité et la fréquence de ces crises.

Le vétérinaire ne proposera pas de traitement si le chien n’a présenté qu’une seule crise ou si plusieurs sont apparues à plus de 6 semaines d’intervalle.

En revanche, le vétérinaire mettra en place un traitement si :

  • Le chien a subi un status epilepticus (crise continue de plus de 30 minutes),
  • L’animal a présenté au moins deux crises en deux semaines,
  • Le chien a eu 2 crises ou plus en cluster (sur 24 h) en 8 semaines.

Plus l’animal présente de convulsions, plus la stabilisation sera difficile par traitement.

Le traitement doit être pris à vie par le chien mais il est relativement onéreux et s’avère source d’effets secondaires importants.

Cependant, un suivi du chien (bilans sanguins réguliers) et une observance stricte du traitement offrent à votre animal une perspective de vie épanouie.

Même si la maladie épileptique constitue un problème de santé grave, le traitement permet de stabiliser l’épilepsie primaire dans 90 à 95 % des cas.

Parmi les effets secondaires sur la santé du chien, citons la toxicité hépatique, la possible survenance d’une pancréatite, une somnolence mais également des risques d’interactions avec d’autres médicaments.

  1. Accompagnement par des remèdes naturels

Un chien épileptique doit présenter un mode de vie sain et équilibré.

Une alimentation de qualité, de l’exercice et des sorties régulières offrent à votre chien un cadre sécurisant.

Le stress, facteur favorisant de la crise d’épilepsie peut être régulé par des solutions naturelles telles que le CBD pour chien (cannabidiol).

Le CBD ne provoque aucun effet secondaire, ni dépendance.

Il favorise chez votre chien calme et apaisement sans altérer sa vigilance.

Proposé en complément du traitement médical, le CBD aide votre animal à retrouver la sérénité. 

A lire aussi : Comment le CBD peut aider un chien épileptique ?

2 Commentaires sur “Crise d’épilepsie chez le chien : comprendre et agir

    • Audrey Costa says:

      Bonjour et merci pour l’intérêt porté à nos produits calmants pour chien et chat.

      Malheureusement nous ne vendons pas à ce jour notre gamme de CBD pour animaux au Québec.

      Nos produits à bas de cet extrait de chanvre sont actuellement uniquement disponibles en Europe (livraison en France, Suisse, Belgique, Luxembourg principalement).

      Je ne manquerai pas de revenir vers vous si les choses venaient à changer.

      Cordialement,

      Audrey

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *