Barion Pixel

Comment aider un chat en fin de vie ?

C’est le moment le plus redouté de tous les propriétaires de chats comme de chiens. La fin de vie constitue, pourtant, un moment inéluctable.

Lorsque la maladie ou la vieillesse s’impose, il est fondamental de reconnaitre votre chat en fin de vie.

Ainsi, vous pouvez l’accompagner au mieux et laisser le travail de deuil se dérouler. L’attachement à un animal de compagnie est, en effet, semblable à un attachement à un proche et le deuil suit les mêmes étapes.

Pour vous aider, voici tous nos conseils afin que ce moment difficile se passe le plus sereinement possible pour votre animal comme pour vous.

STRESS, INCONFORT, AGITATION...

Quel calmant marche ?

Faites le test gratuit et découvrez les solutions naturelles les plus efficaces pour soulager votre chat.

Je fais le test !

Comment savoir qu’un chat est en fin de vie ?

Votre chat peut se retrouver en fin de vie à la suite d’une maladie et/ou compte-tenu d’un âge avancé. À savoir que l’espérance de vie d’un chat se situe entre 12 et 18 ans.

Différents signes peuvent montrer que votre chat est mourant :

  • Il ne se déplace plus ou très peu : la fatigue et la douleur limitent ses mouvements et le poussent à rechercher une position confortable qui l’apaise et le rassure. Elle consiste souvent à se rouler en boule.
  • Il change de comportement rapidement : en quelques jours, vous pouvez observer des comportements nouveaux chez votre animal (changements d’humeur, agressivité, peur, miaulements plaintifs, recherche d’attention).
  • Il a tendance à se cacher : l’instinct dicte à votre chat la nécessité de s’isoler, lorsqu’il est malade, pour éviter les prédateurs. En fin de vie, il va éviter de se montrer et attendre patiemment que la fin le délivre.
  • Il dort beaucoup : la fin de vie d’un animal comporte énormément de temps de sommeil. L’organisme du chat est fatigué et le sommeil n’est plus réparateur.
  • Il mange et boit peu ou plus : les douleurs et l’inconfort sont des sensations qui envahissent le mental de votre chat mourant. Ils gomment totalement l’appétit, l’envie de manger et la sensation de faim et de soif. De plus, manger et boire constituent souvent un effort supplémentaire que votre chat est incapable de réaliser. Des problèmes de déglutition et de digestion peuvent également expliquer le rejet alimentaire.
  • Il ne fait plus sa toilette ou sa toilette est inefficace : un chat est un animal extrêmement propre qui fait sa toilette plusieurs fois par jour. Si la toilette n’est plus réalisée ou mal réalisée, cela montre qu’il va mal puisqu’il n’a plus la capacité d’effectuer un comportement de base, propre à son espèce. 
  • Il est malpropre : là encore, l’hygiène est une caractéristique vitale pour le chat. À tel point que lorsque sa litière est sale, il refuse d’y faire se besoins. Si vous constatez donc que votre chat fait ses besoins un peu partout dans la maison alors qu’il allait sans difficulté au bac à litière, cela montre qu’il ne maitrise plus ses mictions et défécations. Cela révèle une incontinence, fréquente chez les vieux chats. Il peut aussi être en incapacité de se déplacer ou de monter dans le bac à litière en lien avec des douleurs ou une réduction de sa mobilité.
  • Il présente des difficultés à respirer : votre chat mourant peut présenter un essoufflement inhabituel ou sembler « chercher de l’air ». Cela peut être dû à un problème de santé ou tout simplement au vieillissement de ses organes.
  • Son poil est terne : le poil constitue un véritable baromètre de l’état de santé de votre chat. S’il est terne et cassant, cela révèle une santé vacillante.

Ces signes ne sont pas forcément tous présents chez les chats. Cependant, l’observation de quelques-uns de ces comportements doit vous alerter.

Pour aller plus loin : Chat Mourant : 10 Comportements & Signes

STRESS, INCONFORT, AGITATION...

Quel calmant marche ?

Faites le test gratuit et découvrez les solutions naturelles les plus efficaces pour soulager votre chat.

Je fais le test !

Comment accompagner mon chat en fin de vie ?

1. Aménager un espace confortable et paisible

Veillez à installer votre chat mourant dans un coin calme, loin du passage et des nuisances sonores.

Pendant la saison froide, un bon chauffage est recommandé car votre chat malade et/ou âgé présente plus de difficultés à se réchauffer.

Généralement, ce sont les chats qui choisissent leur espace en s’installant là où ils sont le mieux.

Vous pouvez alors déplacer son panier et ajouter des couvertures et des coussins pour un maximum de confort. Les douleurs accentuent, en effet, l’inconfort au niveau des points de pression du corps.

Prévoyez des matières lavables car votre chat mourant peut, sans le vouloir, y faire ses besoins.

Une lumière tamisée peut également mieux convenir à votre animal qu’une lumière forte de plafonnier.

2. Faciliter la réponse à ses besoins

Compte-tenu des problèmes de mobilité d’un chat en fin de vie, il est conseillé de faciliter son quotidien en rapprochant ses gamelles d’eau et de nourriture, ses jouets ainsi que sa litière.

Évitez tout de même de placer celle-ci juste à côté du panier. Votre chat est, en effet, sensible aux odeurs et pourrait être dérangé par cette proximité.

Pour favoriser les prises alimentaires, misez sur les plats préférés de votre chat ! Thon, saumon, dinde peuvent s’inviter au menu, entiers ou mixés.

Votre chat peut, en effet, présenter des difficultés à mâcher du fait d’une maladie ou de son âge avancé. Sous forme de purée, les aliments sont plus facilement avalés.

Si votre chat semble intéressé par ce que vous lui proposez sans pour autant manger, proposez-lui sa ration à la cuillère.

Sa faiblesse ne lui permet plus de manger seul. Grâce à votre patience, il pourra reprendre un peu de force.

Proposez-lui aussi régulièrement de l’eau à température ambiante.

Le besoin de s’hydrater est moins ressenti chez un chat en fin de vie. Il peut être nécessaire d’utiliser une seringue à placer doucement dans la bouche afin de le faire boire par petits gorgées.

3. Accompagner ses problèmes d’hygiène

Il est important de consulter le vétérinaire en cas d’incontinence de votre chat malade ou qui prend de l’âge.

Il peut suggérer la mise en place d’un traitement qui permettra de réguler ce problème de santé.

Toutefois, si votre chat mourant se salit régulièrement, il est nécessaire de le laver délicatement au niveau des parties génitales et de l’anus pour éviter irritations et infections.

Utilisez, pour cela, un simple gant et de l’eau chaude.

Des couches jetables peuvent aussi être proposées aux chats. Une toilette minutieuse reste nécessaire au moment du change.

4. Soulager la douleur

Même si aucun traitement ne sauvera votre chat en fin de vie, la priorité est de soulager sa douleur pour lui offrir plus de sérénité.

Votre vétérinaire peut prescrire des médicaments antidouleurs pour le soulager.

Sachez également qu’il existe des produits naturels sans effets secondaires afin d’apaiser votre chat mourant. Les produits naturels à base de CBD offrent, notamment, une efficacité dans la prise en charge de l’inconfort.

Le CBD pour chat apaise aussi le stress inhérent à la fin de vie. Leurs présentations variées (huile ou friandises) facilitent leur administration chez les animaux.

A lire aussi : CBD pour chat en fin de vie : les bienfaits

5. Se montrer présent et bienveillant

Votre chat en fin de vie, a, par-dessus tout, besoin de votre présence à ses côtés. Pas toujours facile quand on a un quotidien prenant entre travail et vie familiale !

Faites au mieux en tentant de lui proposer des moments privilégiés, chaque jour. La bienveillance est, bien sûr, de mise avec votre animal !

Qui aurait l’idée de sanctionner un chat mourant qui fait ses besoins dans la maison ?

STRESS, INCONFORT, AGITATION...

Quel calmant marche ?

Faites le test gratuit et découvrez les solutions naturelles les plus efficaces pour soulager votre chat.

Je fais le test !

Comment me préparer à la mort de mon chat ?

Accepter

Qu’il s’agisse d’un animal ou d’un être humain, lorsqu’on perd un être cher, le processus de deuil est le même et se déroule en 5 étapes :

  1. Le choc et le déni
  2. La colère
  3. La négociation
  4. La tristesse
  5. L’acceptation

Ce travail de deuil est naturel et se fait spontanément. Cependant, la souffrance est telle qu’on peut être bloqué à une étape sans pouvoir avancer.

La perte concerne l’animal ou la personne mais aussi toute la période de vie où elle était à vos côtés.

Les échanges avec vos proches et votre vétérinaire peuvent vous aider, progressivement, à accepter l’idée que votre animal va bientôt partir.

Ne retenez pas vos larmes. Pleurer est une façon d’extérioriser sa souffrance.

Si vous ressentez une véritable détresse, n’hésitez pas à consulter un spécialiste de l’écoute pour vous soutenir pendant ce moment difficile.

Contrairement à ce que certaines personnes ne manqueront pas de vous dire, votre chat n’est pas « qu’un animal ».

C’est un compagnon fidèle avec qui vous entretenez une relation d’amour réciproque depuis des années.

Profiter de ses derniers moments

Même si la faiblesse de votre chat mourant vous tord le cœur, profitez des derniers instants de complicité et d’échange.

Votre présence le réconforte. En étant avec lui jusqu’au bout, vous vous sentirez plus apaisé.

STRESS, INCONFORT, AGITATION...

Quel calmant marche ?

Faites le test gratuit et découvrez les solutions naturelles les plus efficaces pour soulager votre chat.

Je fais le test !

Quand faut-il envisager l’euthanasie ?

Échanger avec votre vétérinaire

Votre vétérinaire est votre premier interlocuteur dans l’accompagnement de votre chat en fin de vie.

Il connait, lui aussi votre félin depuis longtemps et a vécu, avec vous, les bons comme les mauvais moments. Il connait parfaitement son état de santé et son évolution dans le futur.

S’il n’est pas le premier à l’évoquer, autorisez-vous à lui parler d’euthanasie. Certains vétérinaires, en effet, attendent que vous l’évoquiez en premier pour ne pas vous choquer.

Devant un état de souffrance important chez votre animal mourant, évoquer l’euthanasie permet de l’envisager concrètement avec un professionnel.

Même si la décision d’euthanasier votre chat vous appartient, le vétérinaire vous donnera son avis sur le « bon moment » pour faire partir décemment votre compagnon. Il vous expliquera également tous les détails de cette intervention.

Lorsque la qualité de vie de votre chat est drastiquement réduite par la maladie et/ou la vieillesse, il est crucial de se poser les bonnes questions.

Se délester de la culpabilité

La culpabilité est au centre de la démarche d’euthanasie. On s’en veut de l’avoir décidé et peut-être même seulement d’y avoir pensé ! Pourtant, face à un animal mourant, l’euthanasie constitue un véritable acte d’amour.

C’est le bien-être du chat qui devient prioritaire même si son décès « provoqué » va apporter souffrance et douleur à son propriétaire.

Un chat est un animal indépendant, joueur et toujours à la recherche de nouvelles aventures.

Dès lors, l’euthanasier pour abréger ses souffrances semble plus adapté que de le maintenir dans un état de dépendance, d’inconfort et de mal-être.

Prévoir le devenir du corps

Ritualiser le décès d’un animal est tout aussi nécessaire que de ritualiser celui d’un humain.

Les cimetières pour animaux et pompes funèbres animalières se développent, d’ailleurs, actuellement pour répondre à ce besoin d’offrir à son animal un accompagnement digne.

Il est important d’envisager le devenir du corps de votre chat avant son décès naturel ou son euthanasie.

Souhaitez-vous une inhumation ? Au cimetière ? Dans votre jardin ? Préférez-vous une incinération individuelle pour conserver les cendres ? Une incinération collective ? Une cérémonie peut être organisée par les pompes funèbres pour rendre hommage à votre chat.

Cependant, vous pouvez également organiser une cérémonie à la maison, devant une photo ou en plantant de jolies fleurs dans votre jardin.

Peu importe sa forme et sa longueur, le but est de dire adieu, symboliquement, à ce compagnon que toute la famille a tant aimé.

C’est un petit rituel qui s’avère d’autant plus important pour de jeunes enfants, pour qui la mort est encore un phénomène abstrait.  

Notre équipe éditoriale

Experte en santé animale, elle intervient comme spécialiste des médecines douces auprès d’intervenants du monde animalier. Rédactrice pour des médias du domaine vétérinaire, elle est également l’auteur d’un livre de référence en phytothérapie animale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notre site internet utilise des cookies 🍪, comme la plupart des sites, afin de nous aider à améliorer votre expérience lorsque vous naviguez sur notre site. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela.