Mon chien a peur du vent : que faire ?

Dès que le vent se lève, votre chien se met à paniquer de manière systématique. Pourquoi réagit-il comme ça ? Et que faire dans cette situation ?

Dans cet article, nous vous présentons tous nos conseils et solutions pour parvenir à l’apaiser et l’aider à retrouver un état de calme.

STRESS, INCONFORT, AGITATION...

Quel calmant marche ?

Faites le test gratuit et découvrez les solutions naturelles les plus efficaces pour soulager votre chien.

Je fais le test !

Pourquoi le vent est-il une source d’angoisse pour votre chien ?

Pour les chiens (et beaucoup d’autres animaux de compagnie), le moindre coup de vent un peu plus violent que d’habitude est déclencheur de grosses paniques.

Pour comprendre cette peur et adopter les bons gestes afin de rassurer votre compagnon, il est important d’identifier son origine (s’il y en a une), et de détecter ses facteurs et symptômes.

Identifiez l’origine de cette peur

C’est dans la nature de chaque être : il est possible d’éprouver une peur face à une situation (sans que celle-ci soit démesurée).

Mais voilà, si on la laisse s’installer ou qu’on l’évite, celle-ci peut très rapidement devenir une phobie.

Par définition, une phobie est “une peur intense et irrationnelle face à une situation ou un objet, qu’il représente un réel danger ou non.”

Cette dernière prend généralement place après un événement personnellement mal vécu ou un épisode traumatique.

Mais il est aussi possible que cette angoisse soit due à ce que le chien a vu de ses congénères : dans ce cas, il reproduit le comportement observé et prend peur sans qu’il en ait lui-même une bonne raison.

Il est aussi tout à fait possible qu’il imite ce qu’il constate chez les humains qui l’entourent.

Par exemple, si son maître manifeste une peur bleue de l’orage, le chien va penser que cela peut être une chose dangereuse et reproduire ce comportement.

Cependant, que cette crainte ait été acquise ou transmise, elle est bien présente et affecte la qualité de vie de nos toutous.

Un chien sera hypersensible et plus facilement disposé à développer de l’anxiété s’il a été séparé trop tôt de sa mère, s’il souffre souffre d’hypothyroïdie, s’il souffre de maux physiques ou encore s’il a été mal sociabilisé dans les premiers mois de sa vie (syndrome de privation sensorielle).

Comment reconnaître un chien apeuré ?

Le stress chez le chien n’est pas toujours facile à détecter. Il n’y a pas de réaction type, chaque chien est différent et les manifestations de peur sont assez aléatoires.

Néanmoins, il y a des réactions plutôt récurrentes et qui sont facilement observables chez un chien inquiet :

  • L’agressivité : un chien déstabilisé peut adopter une attitude agressive envers les autres animaux et humains qui sont autour de lui, même s’il est d’habitude calme et docile. Il perd ses moyens et cherche à se défendre en cas de danger. Étant perturbé, c’est une réaction normale face à la peur.
  • La fuite : encore une fois, c’est un comportement tout à fait normal lors de situations anxiogènes. Effrayé, le chien peut chercher à se cacher à tout prix et peut même détériorer son environnement pour y parvenir. Il se cache, se confine dans de petits espaces pour se rassurer. Mais à l’inverse, dans un élan de panique il est aussi possible qu’il fugue. Veillez donc à bien verrouiller les portes et fenêtres, afin d’éviter tout dérapage.
  • L’hyperactivité : il peut avoir tendance à courir partout et aboyer à tout va pour extérioriser son angoisse. C’est aussi une manière d’alerter les convives qu’un danger (qui pour le coup, n’en est en réalité pas un) arrive.
  • Le besoin excessif de présence : puisqu’il se sent menacé, le chien peut aussi avoir besoin d’être rassuré par son maître. Il cherchera dans ce cas de la protection, de la tendresse et réconfort auprès d´humains en qui il a confiance. Ce genre de réactions peut aussi résulter d’un trouble du comportement, dû à un mauvais sevrage par exemple.
  • La baisse d’attention : comme sa vigilance est décuplée, le chien peut se montrer désobéissant, sur le qui-vive et moins attentif à ce qui l’entoure et à son maître. Il est complètement perturbé et c’est impossible pour lui de se focaliser sur autre chose que son angoisse. C’est un signe qui montre une grande déstabilisation.

Des symptômes physiques se joignent souvent aux comportements ci-dessus. En cas de frayeur, le cerveau se met en alerte et envoie des signaux d’autodéfense au corps.

Vous pourrez notamment remarquer des vomissements, une queue baissée et des oreilles dressés vers le bas, des poils hérissés, des pupilles dilatées, un léchage et/ou grattage excessif, une posture basse ou encore de l’hypersalivation.

Il est également possible de constater des tremblements, des halètements, une forte respiration…  il n’est non plus pas rare que le chien urine involontairement, de peur (c’est ce que l’on appelle des mictions émotionnelles).

STRESS, INCONFORT, AGITATION...

Quel calmant marche ?

Faites le test gratuit et découvrez les solutions naturelles les plus efficaces pour soulager votre chien.

Je fais le test !

Comment y remédier et quelles réactions adopter si votre chien a peur du vent ?

Un coup de vent et hop, c’est la panique à bord ! Si nous, humains, avons la chance de constater clairement les choses et de nous rendre compte de qui est tellement grave ou non, votre chien ne comprend pas ce qu’il se passe.

C’est pourquoi il est très important d’être attentif et patient avec lui pour le désensibiliser de ses craintes et lui redonner confiance.

Qu’est-ce qui fait que votre chien a peur du vent ?

Les vents et tempêtes sont des phénomènes météorologiques banals, qui sont pour la plupart du temps sans danger.

Mais les chiens ne perçoivent pas les choses de la même façon que nous ! En effet, l’ouïe est un sens bien plus développé chez le chien que chez nous.

Alors, ce qui inquiète votre chien peut être le bruit : les courants d’air qui claquent contre les vitres, les sifflements aux fenêtres, ou bien même la pluie qui se déchaîne sur le toit et le tonnerre qui grognent… ce sont d’autant plus de facteurs inquiétants pour nos fidèles compagnons.

Et oui, car les chiens perçoivent les sons jusqu’à 50000 hertz, tandis que nous les percevons entre 16000 et 30000 hertz.

Ça fait une sacrée différence ! Il est aussi important de prendre en compte que lorsqu’un chien vieillit, ses sens diminuent : la fragilité due à la vieillesse participe grandement à toute cette inquiétude.

L’atmosphère du mauvais temps peut aussi être dérangeante pour le chien. Car au-delà du fait que le ciel s’assombrit et que la luminosité qui diminue puisse être désagréable, le chien ressent physiquement ce changement de climat.

De part l’humidité et encore plus si un orage s’annonce, l’électricité statique vient se mêler aux poils de nos fidèles compagnons, ce qui leur est particulièrement inconfortable.

Il est donc possible que votre chien associe ces sensations désagréables à ce qu’il perçoit (en l’occurrence, le vent), et qu’il développe une anxiété.

Si la peur du vent se déclenche en extérieur, il est très probable que cela soit à cause de la sensation du vent que ressent votre chien.

Bien plus que les réceptions sensorielles de la peau, il ne faut pas oublier que les chiens ont des parties du corps vulnérables et sensibles en contact avec l’environnement, tels que les oreilles, le museau ou encore les parties génitales.

Bien que cela ne concerne pas tous les chiens, certaines races sont très sensibles aux sensations dans ces régions du corps, comme la brise ou le froid. Tout cela devient sérieusement très désagréable pour eux, et c’est une chose qui peut contribuer au déclenchement d’une peur du vent.

5 solutions concrètes pour apaiser votre chien

Heureusement, tout cela n’est pas irréversible et peut changer ! Il existe plusieurs solutions pour apaiser les chiens de leurs peurs, notamment de celle du vent. Nous avons réuni nos meilleurs conseils et astuces pour vous aider à calmer votre chien, et le faire revenir à un état de sérénité.

1. Lui montrer qu’il ne se passe rien de grave

C’est certainement le pilier pour désensibiliser son animal.

Commencez déjà par adopter une attitude détendue : ne haussez pas la voix, ne faites pas des gestes trop brusques et faites les mêmes choses que vous avez l’habitude de faire chez vous.

Lorsque votre chien verra que vous ne vous affolez pas, il pourra plus facilement se rendre compte qu’aucun énervement inquiétant est en train de se produire. Si vous êtes détendu, vous lui transmettez de bonnes ondes et lui montrerez une attitude positive.

2. Lui donner des moments d’affection

Caressez votre chien, offrez lui des petites friandises, prenez le dans vos bras. Un chien paniqué perd ses moyens a la tension qui ne cesse de monter.

En lui montrant des signes d’affection, cela permettra de focaliser l’attention de votre chien sur autre chose.

Les câlins libèrent dans le cerveau de nos amis à quatre pattes (et le nôtre aussi, par la même occasion) les hormones du bonheur (l’ocytocine, la sérotonine et la dopamine).

N’hésitez pas non plus à lui confectionner un petit coin douillet pour qu’il se sente à l’abri et en sécurité.

3. Des médicaments et compléments à la rescousse

Cette option est idéale pour traiter les symptômes de stress trop intenses et soulager rapidement votre toutou.

Néanmoins, il ne faut pas mettre pour autant la désensibilisation de côté, car c’est uniquement cela qui traitera le fond de l’angoisse ! Plusieurs options s’offrent à vous :

  • Les phéromones d’apaisement : par diffuseur, spray ou encore en collier, beaucoup de propriétaires d’animaux témoignent du calme retrouvé grâce à l’utilisation de ceux-ci. Une étude de Sheppard und Mills datant de 2003 a démontré les bienfaits de cette méthode.
  • L’administration d’anxiolytiques : un traitement médicamenteux peut être discuté et envisagé avec un vétérinaire. Cette option est sollicitée surtout dans les cas extrêmes de phobie, et qui nécessitent une prescription médicale. Des compléments alimentaires peuvent aussi amener à faciliter la détente de l’animal, c’est le cas de la mélatonine qui se trouve facilement et qui ne nécessite pas de prescription.
  • Le CBD : l’utilisation de cannabinoïdes est de plus en plus utilisée pour ses vertus apaisantes et relaxantes. Extrait de la plante de chanvre, le CBD pour chien a un excellent effet sur l’anxiété, la nervosité, les angoisses et les tensions. Il en existe sous plusieurs formes : friandises, huiles, spray… un large choix de produits s’offre à vous.

4. Ne le confortez pas dans sa peur

Il est important de lui montrer des signes d’affection, mais il ne faut pas non plus être excessif sur ce point.

Si au moindre petit couinement vous vous précipitez à le prendre dans vos bras, votre chien sera alors conforté dans sa panique et sera incapable d’évoluer et de se rendre compte que le vent ne représente aucun danger pour lui !

Ignorez les petits signes d’inquiétude, vaquez tranquillement à vos occupations, c’est aussi une méthode pour lui d’affronter sa peur.

5. Le confronter à ses peurs… oui, mais doucement !

Le meilleur moyen de se débarrasser d’une phobie et de s’y confronter. Cependant, il faut que cela se fasse en douceur et il ne faut surtout pas brusquer votre chien.

Commencez d’abord par lui montrer que vous sortez dehors, quand la rafale ralentit, et que vous vous portez bien.

Ensuite, incitez le doucement à mettre la tête dehors, de plus en plus longtemps, le tout petit à petit… Il faut faire très attention à ne pas le pousser trop fort vers cette contrainte, car cela pourrait avoir l’effet inverse, accentuer sa peur et empirer la situation.

Cela demande du temps, de la patience et beaucoup de calme : mais c’est la meilleure façon de corriger la terreur de votre chien.

STRESS, INCONFORT, AGITATION...

Quel calmant marche ?

Faites le test gratuit et découvrez les solutions naturelles les plus efficaces pour soulager votre chien.

Je fais le test !

Chien & peur du vent : Pour résumer

Vous l’aurez compris : dans un premier temps il est nécessaire de prendre en compte le vécu de votre chien, son âge, l’environnement dans lequel il vit … Une fois que vous aurez identifié les raisons qui le poussent à être aussi craintifs, vous aurez la base de la pyramide, la « racine » du problème.

Ensuite, il faut comprendre comment le vent est un facteur de stress pour votre chien, pourquoi et à quel point cela l’affecte : là, vous aurez les fondations solides.

Une fois avoir pris conscience de ces choses, vous aurez alors toutes les cartes en mains l’accompagner, le soulager et l’apaiser sur le long terme.

Votre chien est votre meilleur ami : il compte sur vous à chaque instant. Et vous pouvez désormais l’accompagner vers plus de sérénité… adieu pour lui la peur du vent !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Notre site internet utilise des cookies 🍪, comme la plupart des sites, afin de nous aider à améliorer votre expérience lorsque vous naviguez sur notre site. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela.