Chat et œil qui pleure : 8 causes et soins

Votre chat a-t-il parfois l’œil qui pleure ?

Rassurez-vous ! Quand votre félin pleure, cela n’a aucun lien avec ses émotions !

Il n’exprime ainsi pas de tristesse particulière comme peut le faire l’homme !

Cependant, l’œil est un organe fragile et le constat d’un larmoiement doit vous alerter sur la présence d’une gêne chez votre animal.

Qu’il soit un chat d’intérieur ou d’extérieur, l’environnement peut être une source d’agression pour ses yeux.

Votre félin cascadeur peut également rencontrer quelques petits accidents aux conséquences oculaires plus ou moins graves.

Le larmoiement peut aussi être le signe d’une maladie, d’une infection, d’une inflammation ou d’une allergie.

Pour comprendre pourquoi votre chat a l’œil qui pleure, nous vous éclairons sur 8 causes probables !

Les pleurs chez le chat

Les pleurs chez le chat sont toujours le signe d’un problème. En effet, naturellement, ses yeux ne présentent pas d’écoulements.

Ils sont, certes, humides mais les larmes sont modérées.

Comme l’homme, le chat présente un système lacrymal complexe qui lui permet de produire des larmes en continu.

Elles constituent un mécanisme de défense en protégeant la cornée des agressions extérieures.

La pollution, de petits éléments ou insectes sont ainsi évacués par les larmes qui vont être produites en plus grande quantité de façon temporaire.

Cependant, si le larmoiement perdure, il peut être le signe d’un problème de santé.

Cet écoulement oculaire à l’angle interne de l’œil s’appelle « épiphora » et il peut concerner un seul œil ou les deux.

Les écoulements normalement transparents et clairs peuvent devenir purulents en cas d’infection.

À noter que tout comme le chien, le chat possède une troisième paupière appelée « membrane nictitante ». Placée au niveau du coin interne de l’œil, elle offre une protection supplémentaire.

STRESS, INCONFORT, AGITATION...

Quel calmant marche ?

Faites le test gratuit et découvrez les solutions naturelles les plus efficaces pour soulager votre chat.

Je fais le test !

8 causes des pleurs chez le chat

  1. Une obstruction du canal lacrymal

Le canal lacrymal permet d’évacuer les larmes vers le nez puis la bouche.

Quand un obstacle empêche le passage (comme un bouchon muqueux), les larmes ne peuvent plus être évacuées.

Elles coulent alors au niveau du coin interne de l’œil.

  1. Une particularité anatomique

Les chats de race brachycéphale (à nez court), comme le Persan, peuvent présenter des particularités anatomiques qui gênent l’évacuation des larmes.

Les orifices lacrymaux peuvent, en effet, ne pas être perforés ou se trouver au mauvais endroit.

La paupière inférieure peut aussi s’enrouler au niveau de ces orifices, empêchant leur fonctionnement.

Dans ces trois cas, l’animal présente un larmoiement continu.

Chez ces races, un nettoyage régulier des yeux et des paupières doit être réalisé.

Un cil mal implanté peut également créer un frottement et une ulcération de la cornée.

  1. Un corps étranger

Dans l’environnement du chat, les petits éléments susceptibles de pénétrer dans l’œil ne manquent pas !

Un fragment de caillou, de la poussière, des végétaux, un petit insecte vont générer un épiphora tant que le corps étranger ne sera pas évacué.

Il est nécessaire, dans ce cas, d’être réactif car le corps étranger, s’il est pointu, peut abîmer la cornée.

Consulter rapidement le vétérinaire est la meilleure chose à faire.

  1. Un trauma

Les chats sont des animaux très actifs et aventureux.

S’ils sont souvent prudents, ils peuvent cependant rencontrer des soucis dans leurs multiples cavalcades !

Un choc, un coup de griffe d’un adversaire et voilà votre félin avec un œil qui pleure ! La cornée présente alors une ulcération.

L’œil ulcéré est rouge, larmoyant et douloureux amenant le chat à cligner davantage les yeux et à se frotter sur des meubles ou objets pour soulager sa gêne.

Il est nécessaire de consulter rapidement car le chat, par ce comportement, peut aggraver le trauma.

  1. Une maladie infectieuse

L’épiphora peut être le signe d’une maladie ou infection sous-jacente.

Ainsi, le Coryza, maladie infectieuse, provoque un épiphora mais aussi des éternuements, des écoulements nasaux, de la fièvre, un abattement et de la toux.

Les larmoiements sont, généralement, épais et purulents.

Un larmoiement et des rougeurs de l’œil peuvent aussi être le signe d’une conjonctivite infectieuse.

Les paupières sont enflées, les yeux sont rouges et le chat peut souffrir de picotements et démangeaisons.

L’écoulement oculaire peut être transparent mais aussi grisâtre, jaunâtre ou verdâtre.

La conjonctivite est douloureuse pour le chat qui peine à supporter la lumière.

Des symptômes respiratoires sont fréquents (éternuements, écoulements nasaux).

Les maladies infectieuses peuvent être d’origine virale ou bactérienne. À noter que 30 % des conjonctivites infectieuses sont dues à la bactérie Chlamydophila felis.

La Chlamydophilose féline affecte, en effet, les chats partout dans le monde.

Très contagieuse, elle touche préférentiellement les chatons et les chats vivant en collectivité.

Contrairement au Coryza, la Chlamydophilose féline touche d’abord un seul œil au départ avant de se propager au second œil.

  1. Une inflammation

L’inflammation de la cornée peut être due à des substances présentes dans l’environnement comme des vapeurs toxiques, des aérosols ou encore des produits chimiques.

Elles ne sont pas forcément perceptibles par l’homme.

Cependant, les animaux présentent une sensibilité plus importante.

Cette inflammation va générer un écoulement oculaire, une gêne et des douleurs chez le chat.

  1. Une allergie

Les allergies chez le chat peuvent être liées à de multiples facteurs qu’il est parfois difficile d’identifier.

La plus connue est l’allergie aux pollens qui touchent autant les hommes que les animaux !

Les yeux du chat rougissent et pleurent à la période printanière. Les paupières peuvent être collées le matin.

  1. Une agression par l’environnement

Outre les chocs que les chats peuvent se provoquer eux-mêmes, l’environnement est une source de danger constante pour les yeux du chat !

Les chats sont effectivement soumis aux intempéries, aux coups de vent, au soleil direct, autant d’éléments qui peuvent amener un larmoiement excessif souvent temporaire.

STRESS, INCONFORT, AGITATION...

Quel calmant marche ?

Faites le test gratuit et découvrez les solutions naturelles les plus efficaces pour soulager votre chat.

Je fais le test !

Soins de l’œil ou des yeux qui pleurent chez le chat

Nettoyage

Un œil qui pleure chez le chat est source d’inconfort et de malpropreté.

La première chose à réaliser face à un larmoiement excessif est de soulager votre chat en nettoyant délicatement ses yeux, ses paupières et le contour de ses yeux.

Lavez-vous soigneusement les mains.

Utilisez une compresse imbibée de sérum physiologique ou de lotion oculaire stérile pour chat.

Puis, procédez à un nettoyage méticuleux. Chaque face de la compresse doit être utilisée pour un seul passage.

Soyez vigilant à prendre une compresse différente pour chaque œil !

En effet, si un seul œil est touché, vous risqueriez de transmettre une infection au deuxième œil.

N’utilisez surtout pas de coton qui risquerait de s’effilocher et d’aggraver le problème.

Consultation vétérinaire

Si votre chat persiste à avoir l’œil ou les yeux qui pleurent malgré vos soins, il ne faut pas tarder pour prendre rendez-vous chez votre vétérinaire.

Outre la douleur et l’inconfort ressentis par le chat, les yeux peuvent s’infecter et des complications peuvent apparaitre.

Il ne faut surtout pas recourir à l’automédication !

Utiliser une vieille boite de collyre qui traine dans votre pharmacie vétérinaire, voire dans votre pharmacie humaine est à proscrire !

Pensez à bien observer votre chat et à noter les éléments le concernant avant la visite de façon à répondre précisément aux questions du vétérinaire.

Quelles sont les caractéristiques des écoulements (clairs, purulents) ? Quand sont-ils apparus ? Y a-t-il eu un évènement particulier qui pourrait les expliquer ? Avez-vous constaté d’autres signes (comportement, symptômes) associés chez votre chat ?

Traitement

Le vétérinaire va mettre en place un traitement spécifique à chaque problématique santé responsable de l’écoulement oculaire chez votre chat.

S’il constate un obstacle au bon fonctionnement des voies lacrymales, il procèdera à un traitement mécanique pour l’ôter et permettre aux glandes lacrymales de fonctionner, à nouveau, normalement.

Si les larmes excessives sont dues à un corps étranger ou à un trauma, le chat devra sans doute être tranquillisé, voire anesthésié pour permettre l’examen et le soin.

Un corps étranger crée fréquemment des lésions superficielles qui subsistent une fois qu’il a été enlevé.

Elles seront également prises en charge par le vétérinaire.

En cas de maladie infectieuse virale ou bactérienne, le vétérinaire, après avoir posé le diagnostic, procèdera à un traitement symptomatique.

Pour le Coryza, il n’existe pas de traitement spécifique.

Le vétérinaire mettra en place une réhydratation des voies respiratoires en utilisant une solution physiologique.

Il pourra utiliser un collyre pour apaiser l’inflammation des yeux et une pommade ophtalmique bactéricide.

L’emploi de mucolytiques (pour fluidifier le mucus) et le nettoyage des écoulements nasaux permettra au chat de mieux respirer.

Si l’animal ne mange pas, le vétérinaire pourra administrer des anti-inflammatoires pour traiter la douleur et la fièvre.

La prévention par la vaccination reste la solution la mieux adaptée pour éviter le Coryza chez le chat.

En cas d’inflammation ou d’allergie, il faudra tenter d’identifier le facteur déclenchant afin de soigner l’animal et de ne plus l’exposer à la substance ou l’allergène.

Cette recherche peut nécessiter un peu de temps pour mieux connaitre les habitudes quotidiennes de votre félin.

Comme pour le Coryza, le vétérinaire utilisera un collyre ou une pommade ophtalmique.

Pour calmer l’allergie, il administrera des anti-inflammatoires sous forme de corticoïdes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *