Pomsky : 10 faits à savoir pour comprendre la race

Le Pomsky est un chien qui est issu d’un croisement entre un Spitz et un Husky de Sibérie.

Bien qu’il soit né récemment, il est déjà très apprécié des propriétaires de chiens.

Jusqu’à présent, il existe 3 types de Pomsky : F1, F2 et F3, qui classent les chiens en fonction de leur ascendance.

Phénomène de mode ou nouvelle race de chien particulière ? Parmi les amoureux des chiens, la situation du Pomsky est divisée.

Il ressemble à un chien de compagnie idéal : beau à l’âge adulte, et mignon quand il est jeune.

Il est surtout très récent, et il fait le buzz sur les réseaux sociaux.

Vous rêvez de mieux connaître cette race de chien ? Pour en savoir plus sur le Pomsky, c’est ici que ça se passe !

  1. Origine de la race

Créée aux États-Unis par insémination artificielle en 2012, l’idée de cette race a germé dans l’esprit des amoureux des chiens grâce à Internet il y a quelques années ; l’idée aurait été lancée dès 2009 !

En mars 2012, deux amies, Tressa Peterson et Joline Phillips ont uni leurs forces et ont créé ensemble une toute nouvelle race de chien, qui serait un croisement entre un Spitz nain et un Husky sibérien.

De cette alliance, est né le Pomsky, et son succès aux États-Unis est fulgurant.

En un an, le nombre d’élevages de Pomsky est passé de quelques-uns à plus de 30 !

Aujourd’hui, cette race fait partie des races “ours en peluche” au charme ravageur.

Cependant, la race manque de contrôle sur ses standards, ce qui a conduit à la naissance de portées potentiellement très variables.

  1. Caractéristiques physiques

Cette race est la plus récente et le Pomsky n’a pas montré de caractéristiques physiques fixes.

Aucune norme n’a été établie pour ce chien de manière incontestée.

Par conséquent, selon la dominance du spitz nain ou du husky Sibérien dans ses gènes, son physique changera considérablement.

Mais dans tous les cas, c’est un chien de taille petite à moyenne (30 cm à 45 cm et 10 kg à 15 kg), avec l’apparence d’un husky miniature, on dirait presque qu’il s’agit d’une peluche.

Ces caractéristiques expliquent en grande partie sa popularité en tant que chien de compagnie.

Ses poils peuvent être blancs, fauves, gris, noirs ou marrons, généralement en combinaison ou uni. Les poils mi-longs et longs sont recouverts d’un pelage soyeux dense, doux et lisse.

La queue est également longue et poilue.

La taille de sa tête est proportionnelle au reste de son corps, et il a de petites oreilles triangulaires et des yeux en amande très rapprochés.

La couleur de ses yeux va du marron au bleu.

Comme le husky, les yeux du Pomsky peuvent être d’un bleu intense, c’est d’ailleurs ce qui est le plus recherché chez cet adorable toutou. 

Malgré sa petite taille, le Pomsky a hérité de la force et des muscles d’un husky. Bien entretenu, il a une durée de vie prévue de 15 à 17 ans.

  1. Caractère

Le Pomsky est décrit comme un chiot joyeux, intelligent, joueur et affectueux.

Cependant, son caractère n’est pas aussi doux qu’un jouet, méfiez-vous, il peut se montrer têtu de temps en temps !

Comme le Spitz nain, il est parfois impatient et grincheux devant les enfants, leurs jeux et leur bruit.

Il s’entend bien avec ses pairs et peut établir des liens pacifiques avec d’autres races de chiens, mais il est toujours hostile aux chats qui l’entourent.

Son attitude peut pencher du côté husky : désobéissant et indépendant et même avec une bonne éducation, il est difficile à gérer.

Ou du côté Spitz : intelligent, curieux et un peu hyperactif. Il faudra alors faire preuve de patience durant son éducation, ne pas le brusquer et faire les choses à son rythme.

Certains Pomsky affichent un instinct protecteur qui les rend méfiants et ils aboient alors frénétiquement devant des inconnus.

D’autres sont à l’opposé : s’ils socialisent assez tôt, ils sont amicaux avec tous les humains, y compris ceux qu’ils ne connaissent pas.

Quoi qu’il en soit, le Pomsky ne deviendra pas un chien de garde, même s’il peut être formé pour assumer correctement ce rôle. En revanche, son aversion pour les chats est constante.

Il n’aime pas particulièrement les bruits excessifs, ce qui l’amène parfois à détester les jeunes enfants.

La patience n’est pas un de ses avantages. C’est un animal qui demande une attention constante et aime particulièrement les exercices intenses.

 

STRESS, INCONFORT, AGITATION...

Quel calmant marche ?

Faites le test gratuit et découvrez les solutions naturelles les plus efficaces pour soulager votre chien.

Je fais le test !

 

  1. Dressage

En raison de ses gènes, cette race a un caractère fort et une détermination sans faille, exigeant un certain respect et une éducation bienveillante, mais stricte.

Les premiers mois sont décisifs.

L’intellect du Pomsky le poussera à constamment tester vos limites, mais avec de la fermeté, vous pouvez arriver à vous faire entendre.

Cependant, en retour, il espère être traité de manière cohérente et équitable.

Évitez les comportements violents qui pourraient le rendre agressif.

Mais une fois cette période bien gérée, même si elle est déconseillée aux débutants ou aux propriétaires sédentaires, le Pomsky est un chien facile à élever et à dresser.

Un autre fait intéressant est que l’éducation du Pomsky varie en fonction du pourcentage de votre chien de Spitz nain ou de Husky de Sibérie. Cependant, elle reste nécessaire peu importe la variété.

La socialisation des chiens doit être une priorité.

Des études ont révélé que le Pomsky Husky a tendance à être plus indépendant.

Si votre chien tient plutôt du Spitz nain, il sera heureux d’apprendre de nouvelles compétences de votre part, à condition que ces cours ne prennent pas trop de temps.

  1. Conditions de vie

Tant que ses besoins de promenade et d’activités physiques sont respectés, ce petit toutou peut s’adapter à la vie en appartement.

Dans une maison avec cour ou petit jardin, il s’épanouira évidemment davantage.

Mais rappelez-vous, c’est un animal assez bruyant avec une voix puissante qui peut déranger même les voisins les plus cools.

Ce chien s’entend bien avec les autres animaux de compagnie, à l’exception des chats, surtout s’il y est habitué dès son plus jeune âge.

Il peut aussi s’entendre avec les enfants s’ils ne le dérangent pas et ne font pas trop de bruit.

Le Pomsky est un chien actif et peut bien s’adapter à l’environnement qui l’entoure.

Il ne souffrira pas d’habiter en ville ou en appartement, il aimera se promener en plein air.

Le Pomsky aimera aussi particulièrement vivre à la campagne, où il pourra pratiquer certains sports essentiels à sa santé mentale.

  1. Compatibilité

Notre petit compagnon le Pomsky aime sortir et se défouler, il a beaucoup d’énergie à consommer, qu’il ne faut pas sous-estimer.

Malgré sa petite taille, il a les besoins d’un chien plus grand.

Son caractère ne s’est pas encore stabilisé. Il s’avère que certaines Pomsky ont plus de mal à s’entendre avec les enfants ou les personnes âgées que d’autres.

Avant d’adopter Pomsky, ce risque doit être pris en compte. Si quelque chose ne va pas, n’hésitez pas à faire appel à un comportementaliste canin.

N’oubliez pas que ce chiot, comme le Jack Russell Terrier, peut se retrouver victime de son propre succès et finir par se retrouver massivement dans les refuges.

  1. Santé

Le Pomsky a hérité de la résistance du Husky.

Il ne craint pas le froid, et même si nous ne pouvons pas encore définir avec certitude les maladies récurrentes de cette race à ce stade, il ne semble pas avoir à souffrir d’une maladie grave particulière.

En prenant en compte que ses parents génétiques aient les problèmes les plus courants, la dysplasie de la hanche (malformation progressive de la hanche qui conduit à l’arthrose), la perte de poils ou la cataracte doivent toujours être surveillées attentivement.

À toute fin utile, il est également intéressant de savoir que la grossesse d’une femelle Pomsky dure au moins 2 mois, avec une portée qui peut atteindre 6 chiots.

Notre conseil :

On se retrouve parfois démuni devant les douleurs physiques de notre animal.

Ces douleurs peuvent être dues à un accident, une maladie ou un traitement particulier. Notre astuce : essayez le CBD naturel pour chien !

Le CBD est un anti-inflammatoire naturel très populaire pour soigner les douleurs de nos amis les canidés.

En effet, le CBD est un extrait de chanvre reconnu pour ses propriétés apaisantes et antidouleurs.

Il est particulièrement efficace pour soulager la douleur et les inflammations mais aussi pour calmer le stress provoqué par certaines maladies.

Vous souhaitez découvrir le CBD pour chien ?

Botaneo est la marque numéro 1 de CBD pour chien.

Elle propose différents produits à base de CBD spécialement conçus pour apaiser votre animal en douceur.

Sur le site de Botaneo, vous pouvez également calculer le parfait dosage de CBD à administrer à votre toutou en fonction de sa maladie, son âge, son poids et sa taille.

 

STRESS, INCONFORT, AGITATION...

Quel calmant marche ?

Faites le test gratuit et découvrez les solutions naturelles les plus efficaces pour soulager votre chien.

Je fais le test !

 

  1. Alimentation

Étant donné que le Pomsky est issu du croisement entre un Husky et un Spitz nain, il est raisonnable de supposer qu’il peut hériter de la difficulté du husky à digérer une grande quantité d’amidon.

Cependant, l’amidon se trouve dans pratiquement tous les types de croquettes (même les croquettes qui ne contiennent pas de céréales), et dans les pâtées issues du commerce.

Par conséquent, l’alimentation du Pomsky doit contenir une quantité limitée d’amidon et, comme tous les chiens, elle doit contenir des protéines animales de bonne qualité avec des avantages nutritionnels.

Pour ces raisons, il est préférable d’opter pour des croquettes ou des pâtées « allégées en glucides », qui peuvent absorber moins de 30 % voire 25 % de glucides, mais qui sont riches en protéines de haute qualité.

Vérifiez et contrôlez bien l’alimentation de votre Pomsky en lisant tous les ingrédients.

Prenez toujours vos précautions et demandez au vétérinaire d’équilibrer la ration de votre chien.

  1. Hygiène et entretien

Comme pour son physique et son caractère, l’entretien de Pomsky est principalement lié à son énergie et à la gestion de son pelage.

En particulier, en plus des jeux et des sports d’intérieur habituels, il a besoin de marcher au moins une fois par jour (environ 1 heure).

Cette race de chien a également besoin de beaucoup d’interactions sociales et d’activités pour cultiver son intelligence et sa curiosité.

Les poils du Pomsky tombent facilement. Il est recommandé de le peigner et de lui brosser les dents chaque semaine pour limiter le phénomène et éviter l’accumulation de poils morts.

En période de mue (automne et printemps), du fait de la particularité du pelage, il aura tendance à perdre plus de poils, c’est pourquoi l’intervalle entre les brossages doit être réduit.

Concernant la beauté de notre compagnon, un shampoing environ deux fois par an suffit.

De plus, les rituels d’entretien habituels tels que la coupe des ongles, la vérification des coussinets dentaires et le brossage des dents doivent être faits régulièrement.

Sauf si vous constatez une anomalie, les yeux et les oreilles du Pomsky ne nécessitent aucun entretien particulier.

Dans ce cas, du collyre, du sérum physiologique et des produits spécifiques sont nécessaires pour le nettoyage.

  1. Prix

Si vous souhaitez adopter un Pomsky, je vous suggère de commencer à économiser de l’argent dès maintenant, car comme nous l’avons vu, le Pomsky est très populaire, et qui dit « chien tendance » dit aussi « chien très cher ». Il faut prévoir entre 1 800 et 4 000 Euros.

Frais d’entretien

Les coûts d’entretien ne sont pas très importants, car bien qu’il ressemble plus à un husky, le Pomsky a à peu près la même taille qu’un Spitz nain.

Il faut prévoir entre 20 et 30 euros par mois, ce montant comprend une alimentation de qualité et tous les soins annuels classiques (vaccin, produits antiparasitaires, insectifuge, etc.).

Le mot de la fin

Le Pomsky vous a-t-il séduit ? Si le charme de cette boule de poils énergique et adorable vous attire, faites attention aux prix exagérés affichés en ligne et à l’authenticité de la race.

Il est recommandé de ne contacter que des éleveurs professionnels en France et de faire attention aux standards de cette variété.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *