Epilepsie chez le Chat : Causes, Signes, & Soins

L’épilepsie est la conséquence d’une activité électrique anormale et excessive dans le cerveau du chat.

Elle se manifeste par des crises (convulsives ou non) répétées qui vont signaler le trouble.

Une seule crise ne permet pas, effectivement, de diagnostiquer une épilepsie.

La présence d’une épilepsie chez son animal de compagnie, chien ou chat, est toujours un phénomène inquiétant.

D’abord parce que les manifestations épileptiques sont parfois impressionnantes.

Ensuite, parce qu’elles touchent le cerveau et font craindre le pire pour notre compagnon.

Cependant, l’animal, comme l’homme, peut très bien vivre avec une épilepsie à la seule condition qu’elle soit stabilisée et fasse l’objet d’un suivi vétérinaire sérieux et régulier.

Pour mieux comprendre ce trouble, voici tout ce qu’il faut savoir sur l’épilepsie chez le chat.

STRESS, INCONFORT, AGITATION...

Quel calmant marche ?

Faites le test gratuit et découvrez les solutions naturelles les plus efficaces pour soulager votre chat.

Je fais le test !

Qu’est-ce que l’épilepsie ?

Définition

L’épilepsie se caractérise par des crises récurrentes causées par une anomalie au sein même du cerveau.

Les symptômes de ces crises sont, le plus souvent, assez visibles et reconnaissables chez l’espèce féline, permettant ainsi de consulter rapidement votre vétérinaire.

Si les crises se produisent en raison d’un problème extérieur au cerveau, par exemple, à cause d’un faible taux de sucre dans le sang qui endommage les cellules cérébrales, il ne s’agit pas d’épilepsie mais d’une crise d’hypoglycémie chez un chat diabétique. Seul le vétérinaire pourra poser un diagnostic.

La plupart des crises d’épilepsie surviendront pendant qu’un chat est détendu et se repose tranquillement.

Phases de la crise d’épilepsie

On distingue trois phases distinctes dans la crise d’épilepsie :

  • L’aura épileptique: le chat change soudainement de comportement comme s’il était pris d’un coup de folie. Cela peut se manifester par une désorientation, des morsures de la langue, une agitation importante (se cogne dans les meubles, court en tous sens, etc.) et des vocalises ressemblant à des cris.
  • La décharge électrique : le chat est pris de convulsions ou simplement d’absences selon le type de crise.
  • La phase de récupération : le chat reprend très progressivement ses esprits mais il semble désorienté et choqué. Prostré, il lui faut un certain temps avant un retour à la normale.

De nombreux types de crises d’épilepsie existent chez l’homme, le chien ou le chat, même s’ils se divisent généralement en deux catégories principales : la crise généralisée et la crise partielle.

Crises généralisées

Les crises généralisées sont généralement faciles à reconnaître et sont caractérisées par :

  • Un effondrement soudain
  • Une perte de conscience
  • Des tremblements violents au niveau des quatre membres
  • Une mastication et/ou une contraction de la face
  • Une salivation, une miction et une défécation

La crise généralisée dure, en moyenne, une à trois minutes. Certains chats peuvent enchainer une seconde crise après une courte récupération ou même aucune.

A lire aussi : Mon chat vomit de la mousse : Est-ce grave ?

Crises partielles

Comparativement au chien, le chat présente plus souvent des convulsions partielles.

Ces crises n’affectent qu’une partie du corps et sont beaucoup plus difficiles à reconnaître.

Elles peuvent se manifester sous forme de :

  • Bave
  • Secousses au niveau des paupières ou du visage
  • Vocalisations excessives
  • Grognements
  • Mouvements anormaux de la tête, du cou ou des membres

Elles peuvent évoluer vers des crises généralisées et se produire plusieurs fois au cours de la journée.

Fournir un enregistrement vidéo de l’événement à votre vétérinaire est utile pour déterminer si votre chat fait vraiment une crise d’épilepsie. Le Dr Laurent Cauzinille, vétérinaire spécialiste en neurochirurgie et neurologie, nous parle en images des crises d’épilepsie chez le chat.

Que faire lorsqu’un chat fait une crise d’épilepsie ?

Bien qu’une crise de convulsions soit une expérience effrayante pour tout propriétaire de chat ou de chien, il est important d’essayer de rester calme.

Assurez-vous que votre chat ne risque pas de se blesser, par exemple en tombant dans les escaliers ou en se cognant contre des meubles.

Lorsque votre chat commence une crise, notez l’heure.

La plupart des crises cesseront d’elles-mêmes en l’espace d’une à trois minutes, bien que le chat puisse prendre de quelques minutes à quelques heures pour se rétablir complètement.

Si une crise dure très longtemps (plus de cinq minutes pour la convulsion proprement dite) ou est suivie d’autres crises rapprochées, une assistance vétérinaire doit être immédiatement envisagée.

A lire aussi : Chat qui bave : 10 causes et gestes d’urgence

 

Epilepsie chez le chat : Les causes

L’origine des crises d’épilepsie peut être trouvée à l’intérieur du cerveau (causes intracrâniennes) ou à l’extérieur du cerveau (causes extracrâniennes).

Les poisons et les maladies métaboliques : des causes extracrâniennes

Dans ce cas, on parle d’épilepsie réactive. Le cerveau est en parfaite santé, mais réagit par des dysfonctionnements électriques à la suite de :

  • L’ingestion ou l’inhalation d’un produit toxique par l’animal
  • D’une modification de la composition sanguine causée par un problème métabolique (maladie du foie comme la lipidose hépatique ou des reins comme l’insuffisance rénale, faible taux de calcium ou de sucre…)
  • D’une hypertension artérielle ou d’un rythme cardiaque anormal

Avec des causes toxiques, les crises récurrentes sont peu probables à moins que le chat soit à nouveau exposé à l’agent toxique.

Les causes intracrâniennes : épilepsie primaire et secondaire

Épilepsie primaire

L’épilepsie primaire est également connue sous le nom d’épilepsie idiopathique.

Elle signifie qu’aucune cause n’a été identifiée.

Seul un problème fonctionnel peut donc expliquer les manifestations épileptiques (déséquilibre chimique entre les messagers excitateurs et inhibiteurs du cerveau).

Les chats atteints d’épilepsie primaire ont tendance à subir leur première crise quand ils arrivent à l’âge adulte. L’épilepsie primaire ou idiopathique est assez rare chez les chats.

Épilepsie secondaire

En cas d’épilepsie secondaire, les crises d’épilepsie sont le signe d’une anomalie structurelle du cerveau qui peut être :

STRESS, INCONFORT, AGITATION...

Quel calmant marche ?

Faites le test gratuit et découvrez les solutions naturelles les plus efficaces pour soulager votre chat.

Je fais le test !

Epilepsie chez le chat : Diagnostic

La première étape du diagnostic d’un trouble épileptique implique un historique complet de votre part et un examen physique complet de votre chat par le vétérinaire.

Il procèdera à un ensemble d’examens pour poser le diagnostic d’épilepsie et en préciser la nature et l’origine. Entre autres examens, citons :

  • Un examen neurologique
  • Une IRM du cerveau
  • Une analyse du liquide céphalorachidien
  • Un bilan sanguin
  • Un électrodiagnostic (EEG) – réservé aux spécialistes en neurologie

Le diagnostic d’épilepsie primaire est complexe et réalisé par exclusion des causes extracrâniennes et d’une épilepsie secondaire intracrânienne.

Le diagnostic d’une cause extracrânienne de crises d’épilepsie est basé sur une exposition connue à un élément toxique et sur une analyse de sang.

Cette dernière est importante pour éliminer la possibilité d’un dysfonctionnement des reins, du foie et d’autres organes.

L’évaluation de la pression artérielle doit également être envisagée chez les chats âgés chez qui l’hypertension artérielle (souvent liée à une hyperactivité de la thyroïde, à une insuffisance rénale chronique et/ou à une maladie cardiaque) est une cause fréquente de crises convulsives tardives.

Le diagnostic de l’épilepsie secondaire est basé sur la recherche d’une maladie cérébrale en utilisant une IRM ou une tomodensitométrie du cerveau (scanner cérébral) et une analyse du liquide céphalo-rachidien (LCR).

L’IRM (imagerie par résonance magnétique) est devenue un outil essentiel dans l’investigation de maladies neurologiques telles que l’épilepsie.

Elle aide à diagnostiquer les causes intracrâniennes des crises telles que les tumeurs cérébrales, les encéphalites (inflammation du cerveau), les accidents vasculaires cérébraux ou les malformations du cerveau.

Bien qu’il s’agisse d’une procédure non invasive et indolore, elle nécessite de soumettre le chat à une anesthésie générale.

Le LCR est le liquide qui baigne le cerveau et la moelle épinière.

La collecte de LCR (également appelée ponction médullaire) est un autre outil essentiel dans l’investigation des maladies du cerveau.

Ce liquide peut être récupéré à partir de la nuque (ponction cisternale) ou de la partie inférieure du dos (ponction lombaire).

 

Epilepsie chez le chat : Soins & Traitements

Traitement

Le vétérinaire après avoir posé le diagnostic d’épilepsie, va mettre en place le traitement adapté en fonction de la cause identifiée.

Le traitement de l’épilepsie primaire consiste en l’utilisation d’antiépileptiques tout au long de la vie.

Le traitement des crises épileptiques ne vise pas à guérir l’épilepsie mais à « les contrôler ».

Un traitement est généralement considéré comme réussi si le chat ne présente pas de crises ou si la fréquence des crises a été réduite d’au moins 50% et si les effets indésirables du médicament sont nuls ou minimes.

Il est donc important de tenir un journal des crises, indiquant le nombre de crises, ainsi que leurs caractéristiques (durée, gravité, type de manifestation observée, etc.).

Lorsque le traitement n’est pas efficace (c’est-à-dire que la fréquence des crises ne diminue pas de moitié chez le chat, qu’il n’y a pas de changement ou que sa fréquence augmente), le plan de traitement doit être réévalué avec votre vétérinaire.

Les causes de l’absence de réponse au traitement antiépileptique sont les suivantes :

  • Diagnostic incorrect (causes des crises épileptiques autres que l’épilepsie)
  • Dosage inadéquat du médicament
  • Le chat devient « résistant » (ou réfractaire) à l’effet antiépileptique du médicament

Les médicaments antiépileptiques ne doivent jamais être arrêtés brusquement car des phénomènes de sevrage peuvent survenir.

Le vétérinaire pourra décider d’une réduction de la posologie si le chat ne présente pas de crise pendant au moins un an. Dans ce cas, le médicament sera réduit très progressivement sur plusieurs mois.

A lire aussi : Stress chez le chat : Comprendre & Agir

Quand commencer un traitement antiépileptique ?

Le vétérinaire décidera d’un traitement antiépileptique dans les cas suivants :

  • Lorsqu’un chat a au moins deux crises en moins de 6 mois
  • En cas de mal épileptique ou de crises en cluster
  • Lorsque la fréquence, l’intensité et/ou la durée des crises augmente dans le temps
  • En cas d’altérations importantes et/ou prolongées en phase de récupération comme l’agressivité

Le traitement antiépileptique doit être mis en place le plus tôt possible pour une action optimale du traitement.

STRESS, INCONFORT, AGITATION...

Quel calmant marche ?

Faites le test gratuit et découvrez les solutions naturelles les plus efficaces pour soulager votre chat.

Je fais le test !

Soulager naturellement un chat épileptique 

Le Cannabidiol ou CBD, issu de la plante de chanvre est réputé pour être un puissant anticonvulsivant.

Apaisant et calmant, il peut ainsi soulager et calmer un chat ou un chien sujet aux crises.

Attention, le CBD se distingue radicalement du THC (tétrahydrocannabinol) qui se révèle être une substance psychoactive utilisée dans la fabrication des produits stupéfiants.

Le CBD, contrairement au THC, ne présente aucun danger ni pour l’animal, ni pour l’homme.

Ce produit naturel ne provoque pas d’effets secondaires et ne crée pas d’accoutumance.

Après avis de votre vétérinaire, vous pouvez proposer du CBD à votre compagnon en complément du traitement antiépileptique.

Facile à administrer, il peut être utilisé sous forme d’huile à pulvériser sur la nourriture de votre compagnon ou directement dans sa bouche.

Le CBD peut aussi être donné à votre chat comme des friandises, sous forme de croquettes appétissantes.

Le CBD, par ses propriétés relaxantes agit directement au niveau des crises convulsives.

Il permet également de réduire le stress qui accompagne les phénomènes épileptiques.

Le Dr Thierry Bedossa, vétérinaire comportementaliste évoque l’intérêt du CBD dans l’accompagnement de l’épilepsie chez les animaux.

Il précise qu’une étude a notamment « montré une réduction significative de la fréquence des crises chez les chiens ayant reçu du CBD à raison de 2,5 mg/kg deux fois par jour pendant douze semaines, en supplément d’un traitement antiépileptique classique, en suggérant d’augmenter le dosage pour une meilleure efficacité ».

6 Commentaires sur “Epilepsie chez le Chat : Causes, Signes, & Soins

  1. Tyssia says:

    Bonjour, je voudrais témoigner pour apporter de l’espoir, j’ai un chat de 11 ans et demi épileptique, suite à un trauma chaton de la faux du cerveau , et ce chat, trouvé chaton aux poubelles début 2009 ou il avait été violemment jeté est également depuis toujours aveugle / Ce chat est le bonheur de la maison, il vit sous gardénal, depuis ses six mois , oui il a commencé a avoir des crises régulières, qui sont passées avec le traitement de fond, je n’ai pas bcp augmenté les doses en onze ans , un comprimé et demi le matin et deux le soir depuis maintenant 3 ans; C’est stabilisé. Avant bcp moins, nous étions partis de un demi matin et soir . Il se porte comme un charme et joue et communique beaucoup, bref, je suis heureuse de l’avoir gardé tout ce temps en vie, et j espère qu ‘il vivra à nos cotés encore longtemps, il est toujours notre petit rayon de soleil. Merci pour ce bel article Mme Costa!

  2. Audrey Costa says:

    Bonjour Tyssia,

    Un grand merci pour votre témoignage plein d’espoir. 🙂
    Nous sommes toujours ravis de recevoir de tels retours d’expérience, qui peuvent faire beaucoup de bien à nos lecteurs.
    Nous vous souhaitons à tous, une vie pleine de bonheur.

    Cordialement,

    Audrey

  3. PEIGNE says:

    Bonsoir,
    je viens de faire euthanasie mon petit chat âgé de 15 ans…. c’est insupportable… En fait il faisait de l’insuffisance rénale depuis peu de temps, il sortait de chez le vétérinaire après avoir eu une perfusion et tout était parfait. Deux heures après être rentré à la maison il fait une crise de convulsion ou épilepsie (tremblements, salive, pipi incontrôlé, les yeux énormes….) je l’emmène immédiatement chez le vétérinaire qui le calme plus ou moins avec valium et anticonvulsant. Il a de la température. Au bout de 2 jours aucune amélioration il était paralysé et aveugle …. c’est inexplicable pour moi. Ai je bien fait de faire mettre fin à ses douleurs ? Il ne pouvait plus être alimenté que par seringue qu’il refusait le pauvre….
    J’ai agi par amour pour lui mais je culpabilise énormément….

    • Audrey Costa says:

      Bonsoir Madame,

      Toute l’équipe a été très émue à la lecture de votre histoire. Nous savons à quel point il est terrible de laisser nos compagnons de vie partir, et à quel point cela peut être culpabilisant. Le principal reste toutefois d’avoir accompagné votre petit félin avec bienveillance et amour. Durant 15 ans vous avez été présente pour votre petit chat, et ce jusqu’aux derniers moments. Vous avez été là dans ces plus beaux instants de vie et l’avez soutenu dans les pires.

      Vous avez agit par amour, comme durant les 15 précédentes années. Nos animaux ressentent tout ça, et c’est tout ce qui compte. Qu’ils partent en sachant qu’ils ont été aimés jusqu’au bout…

      Nous vous envoyons tout notre courage.

      L’équipe Botaneo

  4. Morgann says:

    Bonjour,
    Mon chat fait environ 3 crises par an, le vétérinaire n’a jamais prescrit de traitement médicamenteux.
    Pensez vous que le CBD pourrait suffire et le soulager? Et quelle serait la posologie.
    Merci pour le retour que vous pourrez me faire.

    • Audrey Costa says:

      Bonjour,

      Je vous remercie pour votre message. Avec l’accord de votre vétérinaire, le CBD peut effectivement soulager votre petit compagnon.
      Voici un article qui s’adapte également aux chats et susceptible de vous intéresser. Pour le lire, cliquez ici.

      Pour la posologie, nous avons développé un outil gratuit qui calcule le bon dosage en fonction des spécificités de chaque animal. Pour l’utiliser, cliquer ici.

      Cordialement,

      Audrey

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Notre site internet utilise des cookies 🍪, comme la plupart des sites, afin de nous aider à améliorer votre expérience lorsque vous naviguez sur notre site. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela.