Mon chien s’essouffle vite : pourquoi et que faire ?

Vous adorez les longues promenades avec votre chien, les soirs d’été.

Cependant, vous avez remarqué, depuis quelques temps, que votre animal s’essouffle vite.

Il peine à vous suivre et semble gêné pour respirer.

Est-ce grave ? Les causes d’essoufflement chez le chien sont assez variées et pas forcément préoccupantes.

Toutefois, il convient d’être vigilant pour éviter de passer à côté d’un problème de santé majeur.

En effet, une difficulté respiratoire peut être le symptôme d’une maladie sous-jacente et constituer une urgence à consulter votre véto.

Dans cet article, on vous explique pourquoi votre chien s’essouffle vite et comment réagir.

STRESS, INCONFORT, AGITATION...

Quel calmant marche ?

Faites le test gratuit et découvrez les solutions naturelles les plus efficaces pour soulager votre chien.

Je fais le test !

Quand parle-t-on d’essoufflement chez le chien ?

Qu’est-ce que l’essoufflement ? Il s’agit d’une augmentation de la fréquence respiratoire commune à tous les mammifères. L’essoufflement apparait de façon normale à la suite d’un effort physique intense. Chez le chien, il prend la forme d’un halètement qui favorise un apport d’oxygène maximal. 

En termes médicaux, on parle de :

  • Tachypnée : augmentation de la fréquence respiratoire
  • Hyperpnée : augmentation de l’amplitude des mouvements respiratoires
  • Polypnée : augmentation de la fréquence respiratoire avec diminution de l’amplitude respiratoire

Quelles sont les causes d’essoufflement chez le chien ?

1. Effort physique intense

Nous venons de le voir : c’est une cause d’essoufflement tout à fait normale, comme chez l’humain. Cet effort physique peut prendre la forme d’une longue promenade, d’une séance de jeux ou d’une course rapide.

Généralement, le temps de récupération d’un chien après un effort est de 10 à 15 minutes. Si votre chien présente toujours une respiration rapide après ce délai, un rendez-vous chez votre vétérinaire est conseillé.

2. Un trouble cardiaque

Citons l’insuffisance cardiaque qui apparait plus fréquemment chez les chiens âgés et qui peut avoir pour cause :

  • Des lésions au niveau des valvules cardiaques en lien avec une dégénérescence, un foyer infectieux ou des malformations congénitales.
  • Des troubles touchant le muscle cardiaque (le myocarde) telles qu’une anomalie génétique, une inflammation, une intoxication, un traumatisme.
  • De troubles touchant le « système électrique » du cœur, œuvrant à sa contraction automatique et régulière.
  • D’un trouble concernant un autre organe et venant perturber l’activité cardiaque.

Parmi les symptômes de l’insuffisance cardiaque, en parallèle de l’essoufflement, citons une fatigue inhabituelle, une intolérance à l’effort, des malaises, des syncopes, une tachycardie, un amaigrissement, une fonte musculaire, une perte d’appétit et de la toux.

3. Coup de chaleur

Les coups de chaleur sont des phénomènes fréquents chez le chien car les situations favorisantes sont souvent mal connues. Comme pour l’humain, il est évident que votre chien ne doit pas être exposé à l’heure où les rayons du soleil sont les plus dangereux.

En France, c’est entre midi et 16 heures que les rayons ultraviolets (UV) sont les plus intenses. Ils sont responsables, entre autres, de coups de soleil et, à long terme, de cancers de la peau. Ils accélèrent également le vieillissement de la peau.

L’exposition au soleil n’est pas la seule en cause. Si votre chien se trouve à l’ombre à une température supérieure à 30°C, les risques existent également. Votre chien peut aussi être victime d’un coup de chaleur en voiture, même si le trajet est réalisé avec les vitres ouvertes. À noter qu’un chien enfermé dans une voiture, avec les vitres ouvertes, peut mourir en moins de 30 minutes par une température extérieure de 20°C.

Le coup de chaleur correspond à une élévation de la température corporelle, à savoir une hyperthermie. La température corporelle normale du chien de 38,5°C va donc augmenter et peut même dépasser les 39,5°C. Au-delà de 40,5°C, il s’agit d’une urgence vétérinaire.

Le coup de chaleur chez le chien s’explique par la rareté de ses glandes sudoripares qui se situent sous ses pattes, entre les coussinets. Comme il transpire peu, le chien est incapable de réguler sa température corporelle. D’autres mécanismes vont cependant entrer en jeu comme :

  • Une vasodilatation c’est-à-dire une augmentation du diamètre des vaisseaux sanguins qui sont situés à la surface du corps. Cela va permettre d’augmenter la surface en contact avec l’air pour dissiper la chaleur.
  • Une augmentation de la fréquence respiratoire d’où le halètement, ou respiration rapide du chien, pour inspirer davantage d’air frais et sec et rejeter l’air chaud et humide.

Toutefois, si l’exposition à la chaleur persiste, ces mécanismes vont être insuffisants et le chien va présenter différents symptômes caractéristiques du coup de chaleur :

  • Halètements
  • Salivation importante
  • Difficultés respiratoires
  • Agitation qui peut alterner avec abattement et prostration
  • Baisse de vigilance
  • Difficultés motrices
  • Perte de connaissance
  • Convulsions

La perte de connaissance et les convulsions indiquent une congestion cérébrale pouvant conduire au coma et au décès de l’animal.

A lire aussi : Pourquoi et comment protéger son chien de la chaleur et du soleil l’été

4. Stress

Si vous constatez que votre chien présente une respiration rapide (halètement) au repos, cela peut être en lien avec un stress. En effet, le stress accélère le rythme cardiaque comme le ferait une course effrénée. Cet essoufflement indique que votre chien est angoissé et il peut même se mettre à gémir et pleurer.

Le chien est un animal sensible aux changements qui peut ressentir un stress intense si :

  • Vous emménagez dans un nouveau logement,
  • Vous accueillez un bébé ou un nouvel animal,
  • Vous réalisez des travaux dans la maison,
  • Vous arrivez dans un lieu inconnu comme une résidence de vacances,
  • Vous vous absentez, etc.

À côté de l’essoufflement, le stress peut provoquer chez votre chien des troubles digestifs (diarrhées, douleurs abdominales), une salivation excessive, une rigidité musculaire, un léchage excessif, une hyperactivité, une perte de poils, etc.

5. Une affection respiratoire

Si votre chien s’essouffle vite, cela peut signaler un trouble au niveau de ses narines, du voile de son palais, de son larynx, de son pharynx ou au niveau de ses poumons. Il peut s’agir, par exemple, d’un collapsus trachéal qui est une maladie respiratoire chronique observée plus particulièrement chez les petites races de chiens.

Citons également la bronchite, l’asthme ou l’œdème pulmonaire qui se manifeste par la présence de liquide dans les poumons provenant des vaisseaux sanguins.

6. Une maladie endocrinienne

Les maladies endocriniennes se développent plus fréquemment chez les chiens âgés (plus de 9 ans) et peuvent expliquer que votre chien respire vite. Citons, pour exemple, le syndrome de Cushing, également appelé hypercorticisme, qui se caractérise par une production anormalement élevée de cortisol dans l’organisme du chien.

Les symptômes du syndrome de Cushing concernent la sphère :

  • Dermatologique : perte de poils, veines apparentes
  • Musculaire : faiblesse.
  • Respiratoire : essoufflement et/ou respiration saccadée, même au repos.
  • Générale : augmentation de la soif, de la faim et de la production d’urine, distension abdominale et fatigue.

7. Une intoxication

Votre chien peut présenter un essoufflement à la suite d’une intoxication. Elle peut être liée à des rodenticides, des anticoagulants, des gaz, du monoxyde de carbone, de la fumée. Selon le produit en cause, d’autres symptômes peuvent apparaitre comme :

  • Des troubles gastriques et intestinaux (vomissements, diarrhées, douleurs abdominales),
  • Des troubles respiratoires (polypnée, œdème pulmonaire),
  • Des troubles rénaux (insuffisance rénale aigüe),
  • Des troubles cardiaques (tachycardie, bradycardie, troubles du rythme).

En cas de doute face à des symptômes similaires, il est recommandé de prendre rendez-vous en urgence chez votre vétérinaire car une intoxication peut s’avérer mortelle.

8. Un syndrome brachycéphale

Si votre chien s’essouffle vite, c’est peut-être en lien avec le syndrome brachycéphale que l’on observe chez les animaux à la face aplatie comme les Shih Tzu, les Carlins, les Boxers ou les Bouledogues. Ce syndrome est la résultante d’une sélection génétique dans le but d’accentuer les particularités morphologiques. Cependant, ces particularités se répercutent sur la santé de l’animal.

Le syndrome brachycéphale se caractérise par :

  • Des narines sténosées, c’est-à-dire plus étroites que la normale,
  • Un allongement et un épaississement du voile du palais,
  • Un affaissement de la trachée,
  • Un rétrécissement du pylore,
  • Un œsophage et un estomac très souvent inflammatoire.

Les symptômes sont principalement d’ordre respiratoire tels que des ronflements et une respiration rapide et bruyante. Ce sont par ailleurs des chiens qui sont intolérants à l’effort et à la chaleur.

A lire aussi : Chien brachycéphale : Races, santé, syndrome

9. Un traumatisme

Un chien qui vient de subir un traumatisme peut présenter un essoufflement important. Qu’il s’agisse d’un choc avec une voiture, d’une chute, d’une morsure par un autre chien, l’essoufflement résulte d’une accélération du rythme cardiaque générée par le stress. C’est une réaction normale de l’organisme.

STRESS, INCONFORT, AGITATION...

Quel calmant marche ?

Faites le test gratuit et découvrez les solutions naturelles les plus efficaces pour soulager votre chien.

Je fais le test !

Comment réagir face à un essoufflement chez mon chien ?

Après une activité physique

À la suite d’un exercice physique intense, aidez votre chien à bien récupérer en amorçant un retour à la normale en deux phases :

  • Phase de récupération active : vous pouvez faire marcher votre chien 10 à 15 minutes pour éviter qu’il s’arrête soudainement. La récupération active permet de réduire la fatigue et les courbatures. Une fois la respiration et la fréquence cardiaque revenues à la normale, vous pouvez passer à la phase suivante.
  • Phase de récupération passive : c’est une phase de sommeil profond au cours de laquelle tous les muscles du chien se mettent au repos.

A lire aussi : Pourquoi mon chien respire vite quand il dort ?

En cas de coup de chaleur

Dès les premiers symptômes, installez votre chien dans une pièce fraiche et rafraichissez-le progressivement avec des linges mouillés pour faire baisser sa température corporelle. Si vous le pouvez, prenez sa température pour mieux évaluer son état. Donnez-lui à boire de petites quantités d’eau.

Il est totalement exclu de l’arroser d’eau froide ou de le plonger dans un bain froid. Le choc thermique provoquerait une vasoconstriction pouvant lui être fatale. Ensuite, vous pouvez doucher votre animal avec de l’eau tiède en diminuant l’eau chaude progressivement.

Si la température corporelle ne baisse pas ou que votre chien présente un état préoccupant, emmenez-le rapidement chez le vétérinaire en prenant soin de rafraichir la voiture avant de l’y installer. Pendant le trajet, continuez à le mouiller avec des linges humides. Le vétérinaire pourra mettre en place une perfusion refroidie qui permet de faire baisser la température corporelle plus rapidement.

En cas de stress

Il est important de pouvoir identifier l’origine du stress chez votre chien de façon à pouvoir l’accompagner vers un apaisement. Ainsi, les changements dans la vie d’un chien nécessitent d’être préparés par des confrontations progressives et répétées à la nouvelle situation en toute sérénité.

Par exemple, le stress d’emménager dans un endroit inconnu peut être réduit en emmenant votre animal à la découverte des lieux, avant même l’emménagement. Emportez avec vous des récompenses et/ou jeux pour que votre chien associe l’endroit à un vécu positif. Il ressentira ainsi moins de stress à la visite suivante.

Il existe également des remèdes naturels tels que les produits à base de CBD qui peuvent aider votre animal en réduisant son stress. Le CBD est maintenant reconnu pour ses bénéfices bien-être chez le chien et le chat et ne provoque pas d’effets secondaires ni de dépendance.

A lire aussi : Chien qui a du mal à respirer : Une urgence ?

La consultation vétérinaire

Si votre chien respire vite alors qu’il n’a pas effectué d’effort physique, qu’il n’est pas stressé et que la température extérieure n’est pas élevée, n’hésitez pas à consulter votre vétérinaire pour réaliser un bilan de santé. Votre chien souffre peut-être de problèmes de santé sous-jacents.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notre site internet utilise des cookies 🍪, comme la plupart des sites, afin de nous aider à améliorer votre expérience lorsque vous naviguez sur notre site. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela.