Pourquoi mon chien se gratte ? Causes & Solutions

Comme les humains, les chiens se grattent en réponse à des démangeaisons ponctuelles ressenties sur une partie de leur corps. Il n’y a rien d’anormal dans ce geste familier.

Cependant, si votre chien se gratte souvent ou longtemps, ce comportement peut signaler un problème de santé sous-jacent.

Pour désigner ces démangeaisons en terme médical, on parle de prurit.

Différentes causes peuvent expliquer la présence d’un prurit chez le chien, comme chez le chat.

Identifier cette cause est une étape essentielle pour mettre en place le traitement adéquat et, ainsi, soulager votre animal de compagnie. Pour mieux comprendre votre toutou et ses démangeaisons, c’est par ici !

STRESS, INCONFORT, AGITATION...

Quel calmant marche ?

Faites le test gratuit et découvrez les solutions naturelles les plus efficaces pour soulager votre chien.

Je fais le test !


Mon chien se gratte : 4 causes fréquentes de démangeaisons

Pour commencer, il est bon de rappeler que votre chien est apte à prendre soin de lui-même en se grattant pour se débarrasser des insectes et autres irritants.

Mais si vous remarquez que votre animal se gratte régulièrement sur une durée de plusieurs jours ou si vous voyez que sa peau est enflammée, cela peut indiquer un problème de santé plus grave.

1. Les puces & tiques

Voici la cause première d’un chien qui se gratte. Si vous remarquez des démangeaisons excessives chez votre chien, commencez par rechercher dans ses poils les parasites externes comme les puces et les tiques.

Ces parasites externes, qui se nourrissent de sang, utilisent en effet les chiens comme hôtes et peuvent s’accrocher n’importe où.

En ce qui concerne les tiques, elles peuvent passer inaperçues pendant un certain temps, jusqu’à ce qu’elles soient complètement engorgées et suffisamment grosses pour être repérées et éliminées.

N’oubliez pas que ces insectes irritants peuvent être porteurs d’une large variété de maladies dangereuses pour votre chien et qu’il peut en être infecté.

Il est donc important de les rechercher pendant la saison des tiques et à chaque fois que votre chien entre dans une zone potentiellement infestée. Parmi les maladies transmissibles par les tiques, citons :

  • La piroplasmose : cette maladie est secondaire à la présence d’un parasite sanguin qui détruit les globules rouges. Les symptômes principaux sont une fièvre, un abattement et des urines foncées. À noter que la piroplasmose peut gravement altérer la fonction rénale.
  • La borréliose ou Maladie de Lyme : cette maladie est liée à la présence d’une bactérie et peut se manifester, chez le chien, par des douleurs articulaires.
  • L’ehrlichiose et l’anaplasmose : également provoquées par une bactérie, ces maladies sont d’évolution lente et se manifestent par un abattement, de la fièvre, une perte de poids et une baisse des défenses immunitaires.

Si les puces n’amènent pas de maladie, elles sont tout aussi inconfortables. Une infestation de puces peut provoquer des démangeaisons et des réactions cutanées graves, nécessitant des soins vétérinaires.

Certains chiens peuvent avoir des réactions allergiques aux piqûres de puces comme la DAPP (dermatite allergique aux piqures de puce) qui provoque une inflammation des zones piquées qui deviennent très douloureuses, une perte de poils, un gonflement et même une infection. Il est parfois plus facile de repérer les puces que les tiques si vous partez à leur recherche régulièrement.

Cependant, chez les animaux à poil long et de couleur sombre, vous pourriez avoir besoin d’une aide supplémentaire.

Peignez par exemple les poils de votre chien avec un peigne à puces propre pour vous assurer qu’il n’est pas incommodé par ces parasites.

Les puces peuvent être repérées sur votre animal ou dans ses zones de repos telles que les lits et les paniers.

Aussi si vous donnez un bain à votre chien et que vous remarquez une couleur rougeâtre sombre dans l’eau, les puces en sont presque toujours la cause.

Contrôler les puces et les tiques chez votre chien ne constitue pas seulement un avantage pour lui, mais peut également être bénéfique pour vous et votre famille.

Les puces, en particulier peuvent migrer sur d’autres hôtes et infester toute votre maison.

À noter que de juin à septembre votre animal peut être infesté par les aoûtats, parasites particulièrement vifs et actifs à cette période.

Un traitement antiparasitaire classique permet, généralement, de prévenir l’infestation par les aoûtats.

Conseil : Après une excursion en plein air et tout particulièrement en pleine nature, faites un état des lieux de votre chien et de tous les membres de la famille. Cela vous évitera les problèmes parasitaires.

Le meilleur traitement contre les puces et les tiques est la prévention

Parce que ces parasites peuvent être très désagréables et dangereux pour votre chien, il est recommandé d’utiliser un traitement antiparasitaire préventif contre les puces et les tiques aussi souvent que votre vétérinaire le recommande.

Garder ces parasites à l’écart est beaucoup plus facile que d’essayer d’éliminer une infestation déjà existante.

De nombreuses options sont à votre disposition lors du choix de la prévention des parasites : médicaments topiques, colliers anti-puces et anti-tiques, vaporisateurs ou shampooings spéciaux. 

A lire aussi : Puces chez le chien : Comment s’en débarrasser ?

2. Les allergies

Allergies alimentaires

Tout comme les humains, les chiens peuvent être allergiques à certains aliments contenus dans leurs croquettes ou leur pâtée.

Si vous ne trouvez pas de puces ou de tiques et que votre chien a toujours la peau qui le gratte, vous pourriez avoir à faire à une allergie liée à son alimentation.

Avant de commencer tout traitement, il est préférable de vérifier auprès de votre vétérinaire pour savoir à quoi votre chien pourrait être allergique. Les allergies alimentaires, cependant, sont plutôt rares chez les chiens.

Supprimez l’allergie alimentaire par éviction

Les allergies alimentaires, même si elles sont rares, sont bien réelles. Procéder par élimination peut alors s’avérer nécessaire pour déterminer le ou les ingrédients auxquels votre chien est allergique dans son alimentation.

Vous pouvez également faire appel à votre vétérinaire pour mettre en place un régime d’éviction. Il s’agit d’un régime à base d’un seul aliment connu pour ses propriétés hypoallergéniques. Si le chien continue à se gratter malgré le régime d’éviction, il est nécessaire de rechercher une autre cause.

A lire aussi : Mon chien est-il allergique ?

Allergies environnementales ou atopiques

Si votre chien se gratte mais qu’il ne présente pas de parasites externes ni d’allergie alimentaire, il peut être sujet à des allergies environnementales à des substances telles que le pollen, la poussière ou les acariens.

D’origine génétique, ces allergies à l’environnement sont dites atopiques. Le vétérinaire procèdera à des tests cutanés pour identifier l’allergène déclencheur de la réaction. Il pourra alors établir un diagnostic comme la dermatite atopique.

Le premier traitement de l’allergie atopique est la suppression de l’allergène en cause ou, si ce n’est pas possible, une désensibilisation pour, à nouveau, pouvoir être tolérant à l’allergène.

Le vétérinaire peut décider d’administrer au chien de la cortisone pour soulager le prurit s’il est intense. Des traitements locaux favorisent également une protection de la peau et sa réparation.

Protégez votre chien des allergies environnementales

Les animaux ont tous besoin de sortir et de faire de l’exercice. Il n’est donc pas pratique de les éloigner complètement du pollen par exemple.

L’élimination de la source des allergies environnementales peut ainsi être extrêmement difficile, mais pas impossible.

Pour les chiens qui ont des démangeaisons cutanées, essuyer ou laver leurs pattes et leur ventre après être allés dehors est un excellent moyen de réduire les irritations.

Si votre chien a joué toute la journée en extérieur, pensez à lui donner un bain complet. Il existe de nombreux shampoings revitalisants et même des lingettes médicamenteuses spécialement conçues pour éliminer le pollen et réduire l’irritation.

Gardez toutefois à l’esprit que trop de bains peuvent se retourner contre vous, car votre chien peut se retrouver à terme avec une peau sèche et irritée à cause d’un trop grand nombre de bains.

A lire : Allergie aux acariens chez le chien : Comprendre & Agir

STRESS, INCONFORT, AGITATION...

Quel calmant marche ?

Faites le test gratuit et découvrez les solutions naturelles les plus efficaces pour soulager votre chien.

Je fais le test !

3. Les infections bactériennes

Le chien peut se gratter de manière intense à la suite d’une infection bactérienne telle que la pyodermite superficielle.

Très fréquente chez le chien et beaucoup moins chez le chat, cette infection est secondaire à la présence d’un staphylocoque normalement présent sur la peau du chien.

À la faveur d’une lésion, il va s’infiltrer et proliférer jusqu’à créer une infection.

Citons également la dermatite à Malassezia qui peut être localisée à une partie du corps ou s’être généralisée.

La levure responsable peut être facilement identifiée grâce au microscope où ses marqueurs ressemblant à des pas sont tout à fait objectivables.

Face à une infection bactérienne, le vétérinaire mettra en place un traitement adapté à base d’antibiotiques et des mesures d’hygiène strictes seront à suivre en utilisant des shampooings antiseptiques et émollients.

A lire aussi : Mon chien se gratte l’oreille et secoue la tête

4. Les troubles du comportement

Si votre chien se gratte alors qu’aucune cause n’est identifiée, il peut s’agir d’un trouble du comportement.

En effet, un chien anxieux ou déprimé peut manifester son mal-être par des comportements compulsifs comme le grattage ou le léchage.

Un stress peut également l’envahir face à un changement dans son quotidien comme un déménagement ou l’arrivée d’un bébé à la maison. Débordé par ses émotions, votre compagnon va alors tenter de les réguler par des comportements répétitifs sans utilité mais aux conséquences pouvant s’avérer désastreuses (lésions, douleurs).

Face à un chien qui présente des comportements compulsifs, il est nécessaire de chercher à identifier la source de mal-être pour pouvoir le rassurer et l’accompagner au mieux. Un vétérinaire comportementaliste peut vous guider pour permettre à votre chien de retrouver sa joie de vivre.

Le Dr Amaury Briand, vétérinaire spécialisé en dermatologie nous parle, en images des démangeaisons chez le chien et le chat.

A lire aussi : Les meilleurs remèdes naturels contre la dépression chez le chien


Comment accompagner votre chien qui se gratte ?

Consulter le vétérinaire

Un chien qui se gratte peut le faire pour de nombreuses raisons, mêmes si les deux facteurs les plus courants de grattage excessif sont les parasites externes et les allergies.

Demandez toujours conseil à un vétérinaire lorsque vous remarquez des démangeaisons chez votre chien.

Ne donnez aucun médicament avant examen et instructions de votre vétérinaire, le risque étant d’entraver le diagnostic et même de provoquer des complications.

Veiller à une alimentation adaptée

Les allergies alimentaires chez le chien sont souvent déclenchées par les viandes (surtout le bœuf), le poulet, les produits laitiers, les œufs, le maïs et le soja.

Proposer des aliments de qualité (croquettes ou pâtées) à la composition claire à votre compagnon permet de déterminer plus rapidement l’allergène en cause. Les aliments ultra transformés à la composition incertaine et au faible taux de protéines sont à éviter.

Attention, il faut bien dissocier allergie alimentaire et intolérance alimentaire !

L’intolérance alimentaire désigne une inadéquation entre la qualité et/ou quantité de l’aliment et les capacités digestives de l’animal.

Elle provoque de simples troubles digestifs alors que les allergies alimentaires se manifestent souvent par des troubles cutanés.

Proposer des remèdes naturels

L’utilisation de remèdes naturels peut aider votre chien, en toute sécurité, à retrouver sa sérénité. Ainsi, les produits à base de CBD pour chiens et chats peuvent offrir un apaisement des démangeaisons, en complément du traitement vétérinaire.

Le CBD, ou cannabidiol, est effectivement l’une des molécules extraites de la plante de chanvre ou cannabis reconnue pour ses propriétés calmantes et apaisantes.

Contrairement au THC (tétrahydrocannabinol), substance psychoactive utilisée dans la fabrication des produits stupéfiants, le CBD ne présente aucun danger ni pour les animaux, ni pour les humains.  

Disponible sous plusieurs formes (sprayfriandises…), le CBD ne présente pas d’effets secondaires et ne provoque aucune dépendance.

Pour la peau asséchée de votre compagnon, un baume à base de CBD garantit une hydratation maximale pour un apaisement immédiat.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Notre site internet utilise des cookies 🍪, comme la plupart des sites, afin de nous aider à améliorer votre expérience lorsque vous naviguez sur notre site. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela.