Euthanasie chien : comment se préparer ?

Personne n’est jamais préparé à dire adieu à son chien et encore moins quand il est question de l’euthanasier.

L’euthanasie est pratiquée par le vétérinaire dans le but de provoquer intentionnellement la mort d’un animal, le plus souvent, face à une souffrance physique et psychologique importante liée à une maladie ou à la vieillesse.

Dans cette situation, la décision d’euthanasier le chien ou la chienne revient au maître et la réalisation au vétérinaire.

Le contexte émotionnel dans lequel la décision doit être prise est souvent très lourd, le propriétaire ayant le sentiment d’ôter injustement la vie à son compagnon.

Cependant, le bien-être du chien doit être au centre de cette décision, bien plus que l’attachement qui est en jeu.

Lorsque la souffrance est majeure, altérant la qualité de vie de l’animal, le soulager dans la douceur semble parfois une solution adaptée, voire la meilleure solution.

Voici tout ce qu’il faut savoir sur l’euthanasie du chien.

Pourquoi euthanasier un chien ?

Vieillesse

Le grand âge chez les chiens, provoque, comme chez les autres animaux et les hommes, de multiples troubles qui peuvent créer souffrance, anxiété et dépression.

Les premiers signes de vieillissement chez les chiens apparaissent vers 9 ans pour les races de petite taille, 8 ans pour les races moyennes et 6 ans pour les races de grande taille.

Les organes sensoriels des vieux chiens et vieux chats sont moins efficients et peuvent même se montrer défaillants (perte de l’acuité visuelle et auditive).

L’appétit peut se réduire provoquant une perte de poids.

Des troubles digestifs et intestinaux peuvent apparaitre (vomissements, constipation, diarrhée) ainsi qu’une incontinence urinaire.

Un diabète ou une insuffisance rénale ne sont pas rares avec l’avancée en âge.

L’arthrose, plutôt fréquente chez les chiens âgés, génère douleurs et difficultés de déplacement.

Au niveau psychologique, un manque d’entrain et des symptômes anxio-dépressifs peuvent survenir mais également des troubles neurologiques (désorientation spatiale notamment).

Devant un chien âgé souffrant de multiples troubles sans évolution possible, l’acte d’euthanasie peut être une solution adaptée pour le soulager.

A lire aussi : Comment aider au quotidien un chien qui vieillit ?

Maladie

Quel que soit l’âge, une maladie incurable peut également constituer un motif d’euthanasie chez les chiens et les chats.

Une maladie avec des possibilités de soin plutôt lourd, sans garantie de succès, peut être également un motif d’euthanasie.

Parfois, il vaut mieux décider d’aider un chien fatigué à partir plutôt que de tomber dans l’acharnement thérapeutique.

Cancer métastasé, maladie infectieuse, insuffisance rénale, quand une maladie évolue sans soin possible, le vétérinaire peut proposer des soins palliatifs pour accompagner en douceur le chien ou la chienne vers la fin de vie.

Toutefois, même les soins palliatifs ont leur limite, ne permettant pas toujours d’annihiler la souffrance.

Comme pour le vieillissement, l’euthanasie peut être proposée par le vétérinaire et décidée par le maître pour abréger les souffrances de l’animal.

En général, la situation fait l’objet d’un échange entre le propriétaire et le vétérinaire qui possède un rôle de conseil et de soutien dans ce contexte.

A lire aussi : Le CBD peut-il aider un chien atteint de cancer ?

Agressivité

Un propriétaire peut faire euthanasier son chien ou sa chienne s’il est considéré comme agressif, et/ou s’il a déjà mordu des personnes.

Cependant, une étude du comportement du chien doit être réalisée par un vétérinaire comportementaliste afin de valider cette décision.

Elle permet de déterminer l’origine de cette agressivité et son caractère temporaire ou définitif.

Tout doit avoir été mis en œuvre pour rééduquer l’animal afin de le rendre plus sociable avec les humains et ses congénères.

À noter que la justice peut faire euthanasier un animal qui a commis une ou plusieurs agressions par morsure, pour cause de dangerosité.

Surpopulation

Il s’agit, ici, du contexte des fourrières et refuges accueillant des animaux domestiques qui sont, malheureusement, régulièrement amenés à pratiquer des euthanasies pour cause de surpopulation des lieux.

Sans caractère de dangerosité ni problème de santé, les chiens et les chats abandonnés peuvent donc être euthanasiés simplement parce qu’il n’y a pas de place pour eux.

Un immense travail de sensibilisation est encore à réaliser auprès des propriétaires d’animaux de compagnie pour leur inculquer respect et responsabilité envers leur animal.

STRESS, INCONFORT, AGITATION...

Quel calmant marche ?

Faites le test gratuit et découvrez les solutions naturelles les plus efficaces pour soulager votre chien.

Je fais le test !

Euthanasie de confort : que dit la loi ?

Définition

Une euthanasie de confort, aussi appelée euthanasie de convenance, est une euthanasie décidée par un propriétaire sans motif médical ou présence de dangerosité chez l’animal.

Elle est dite de confort ou de convenance car elle répond simplement à un désir de se débarrasser de l’animal en lui ôtant la vie.

Les critères avancés peuvent être des difficultés financières, une séparation, un déménagement dans un logement plus petit ou inadapté, etc. La plupart des vétérinaires proposent des alternatives à l’euthanasie, dans cette situation.

Ôter la vie à un animal en bonne santé est, effectivement, contraire à l’objectif de la médecine vétérinaire, mais aussi au code de déontologie des vétérinaires.

Nombreux sont donc les vétérinaires qui refusent de pratiquer l’euthanasie de confort du point de vue éthique mais aussi du point de vue juridique.

En effet, selon le code rural « chaque vétérinaire est responsable de ses décisions et de ses actes ».

Si la loi reste floue sur ce type d’euthanasie, la responsabilité du vétérinaire peut donc être engagée et poursuivie devant les tribunaux.

Loi et pétition

Le Sénat a voté, le 30 septembre 2021, un texte de loi dont le but est de renforcer la lutte contre la maltraitance animale.

Les associations AVA (Agir pour la Vie Animale) présidée par le médecin vétérinaire Thierry Bedossa et l’association Animal Cross, présidée par Benoit Thomé avaient proposé un amendement qui n’a pas été retenu.

Elles ont donc lancé, parallèlement à d’autres initiatives locales, une pétition visant à mettre en application leur proposition.

Elle est destinée à Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture.

Leur objectif est de « créer une réunion collégiale dont le rôle sera de statuer sur le devenir d’un animal menacé d’une euthanasie imminente dite « de convenance ».

Cette proposition ne constitue, selon AVA et Animal Cross, qu’une étape avant l’interdiction de toute euthanasie de convenance.

Cette réunion mettrait en présence des vétérinaires, assistants vétérinaires et représentants d’associations de protection animale.

Le vétérinaire aurait à prendre sa décision sur la base de la concertation de cette commission.

Cette pétition pour la création d’une réunion « de la dernière chance » est toujours en ligne et consultable ici.

Comment se passe l’euthanasie du chien ?

L’euthanasie est un acte médical très encadré.

Le chien subit une première injection d’anesthésique pour un endormissement complet.

Puis une seconde dose d’anesthésique est réalisée, provoquant un arrêt des fonctions vitales par surdose.

L’intervention se fait donc en douceur et sans douleur pour l’animal.

Après dix à quinze minutes, le vétérinaire s’assure de l’absence de signes vitaux chez le chien.

Une nouvelle dose d’anesthésique peut être administrée si besoin.

À noter que le vétérinaire peut également injecter des barbituriques lors de la seconde piqure.

Assister ou non à l’euthanasie de votre animal reste votre décision.

Cependant, un chien sera souvent plus rassuré et apaisé par votre présence au moment de la première injection.

Le cabinet vétérinaire, les odeurs et son maintien sur la table d’examen peuvent lui faire peur.

Certains vétérinaires ont témoigné du comportement de recherche des chiens, en l’absence de leur maître, au moment de leur euthanasie.

Rester vous permet de lui parler et de l’apaiser. Vous pouvez ensuite quitter la salle d’examen afin que votre vétérinaire réalise l’injection létale.

Vous pouvez également décider de faire intervenir votre vétérinaire à domicile pour réaliser l’euthanasie.

Ainsi, votre chien passe ses derniers instants dans son environnement familier. Après l’euthanasie, le vétérinaire rédige le certificat de décès de votre animal.

Vous pouvez récupérer son corps pour l’enterrer ou le confier au vétérinaire pour incinération.

Faites-vous accompagner au cours de cette difficile démarche et ne restez pas seul ensuite. Le décès d’un animal de compagnie se révèle toujours une épreuve difficile.

STRESS, INCONFORT, AGITATION...

Quel calmant marche ?

Faites le test gratuit et découvrez les solutions naturelles les plus efficaces pour soulager votre chien.

Je fais le test !

Que ressent un chien euthanasié ?

L’euthanasie est un processus indolore.

Les chiens ne souffrent à aucun moment du processus.

Ils peuvent juste ressentir la petite piqure liée à l’injection d’anesthésique.

Puis ils s’endorment très rapidement d’un sommeil lourd.

La seconde injection n’est pas du tout ressentie et l’arrêt des fonctions vitales non plus.

L’euthanasie du chien, comme celle du chat, est donc une pratique très douce, l’objectif étant de favoriser le bien-être physique et psychologique de l’animal pour qu’il parte dans les meilleures conditions.

Le fait, pour le maître, d’assister à l’endormissement de son animal de compagnie, facilite la démarche et le travail de deuil.

Euthanasier son chien soi-même : bonne ou mauvaise idée ?

Les recherches montrent que chaque mois de nombreux propriétaires de chien font des recherches sur Google par pour savoir s’il est possible, et comment il est possible, d’euthanasier son chien soi-même !

Nous nous sentons donc obligés d’aborder ce point, afin de, peut-être, empêcher une bêtise irrémédiable.

Sachez que tuer un animal domestique est passible de prison !

« Le fait, sans nécessité, publiquement ou non, de donner volontairement la mort à un animal domestique, apprivoisé ou tenu en captivité, en dehors de toute activité légale, est puni de 6 mois de prison et de 7500 € d’amende » (article R655-1 du code pénal).

Si vous pensez soulager votre chien ou votre chienne en lui administrant des médicaments pour humains, vous risquez de lui infliger d’atroces souffrances sans pour autant provoquer sa mort.

Seul le vétérinaire est habilité à pratiquer l’euthanasie.

Si vous rencontrez des difficultés financières pour régler le coût de l’intervention, votre vétérinaire pourra vous proposer un paiement en plusieurs fois sans aucun souci.

Quel est le prix d’une euthanasie chez le chien ?

Le prix d’une euthanasie pour un chien ou une chienne dépend de la dose d’anesthésique nécessaire et donc de son poids.

En général, il faut compter entre 30 et 130 euros.

Si vous souhaitez que le corps de votre chien soit incinéré en crémation collective, il vous en coûtera entre 50 € et 110 €.

Si vous préférez une crémation individuelle avec remise des cendres, le coût variera entre 70 et 250 €.

Vous pouvez également choisir d’inhumer votre chien ou votre chienne dans un des 20 cimetières pour animaux existant en France ou de l’inhumer dans votre jardin.

STRESS, INCONFORT, AGITATION...

Quel calmant marche ?

Faites le test gratuit et découvrez les solutions naturelles les plus efficaces pour soulager votre chien.

Je fais le test !

On vous écoute, vous n’êtes pas seul

Euthanasier son chien ou non est la question la plus douloureuse qu’un propriétaire soit amené à se poser.

Il s’agit de la décision la plus difficile que vous puissiez prendre dans la vie de votre animal. 

Nous savons à quel point, choisir cette solution ou non peut nous laisser démunis. 

Nous savons à quel point on peut se sentir coupable et seul, face à la perte de son animal. 

Nous savons à quel point les parents de chien sont à la recherche d’avis et d’oreilles attentives sur ce sujet.

Sachez que nous sommes là pour échanger avec vous, et vous soutenir dans ces instants difficiles. 

La communauté Botaneo se compose de parents de chien qui aiment et ont aimé, comme vous, leur animal plus que tout.

Certains sont déjà passés par cette étape et d’autres vont devoir y songer.  

N’hésitez donc pas à laisser un commentaire en bas de l’article et à partager vos doutes, vos appréhensions et votre témoignage.

Il y aura toujours un oreille attentive et votre texte pourra aider d’autres lecteurs à la recherche d’aide et de soutien

17 Commentaires sur “Euthanasie chien : comment se préparer ?

  1. bienfait says:

    bonjour ,ma chienne Diane de 12 ans s’est trés vite dégradée ,depuis un mois elle a commencé de faire des crises d’épilepsie ,traitement valium rectal lors des crises ,ce matin de 5h à 9h ,crise sur crise ,elle est chez le vétérinaire sous perfusion,ce soir pas d’amélioration,elle a refait une crise à 14h quasi dans le coma .rdv demain matin 10h ,j’ai peur de devoir prendre la plus dure des décision bien que je ne veuille pas la laissé souffrir .son petit compagnon est prostré ,c’est elle qui l’a élevé ,j’ai peur pour lui .si on doit l’endormir je pense le prendre avec moi ,qu’en pensez vous s’il vous plait

    • Audrey Costa says:

      Bonjour,

      Nous sommes navrés de lire ces nouvelles de Diane. 🙁
      Nous savons qu’il s’agit d’une épreuve très douloureuse, mais malheureusement cette décision est très personnelle. Je vous conseille d’en discuter aussi longtemps qu’il le faut avec votre vétérinaire qui vous accompagnera jusqu’à la meilleure décision pour Diane. Sachez toutefois, que votre décision sera dans tous les cas la bonne car elle sera celle de l’amour.
      Vous apportant tout notre courage et vous envoyant nos pensées.

      Audrey

  2. Miby says:

    Mon Malinois est sous traitement, maintenant il ne veut 0u ne peut plus se lever. J’ai peur je ne veux pas qu’il souffre et en même temps je me sentirais coupable s’il devait s’endormir pour toujours. Mon loulou a 13 ans.

    • Audrey Costa says:

      Chère Miby,
      N’hésitez pas à vous tourner vers votre vétérinaire pour qu’il vous conseille et vous accompagne dans ce moment si difficile.
      Nous avons également rédigé un article sur la fin de vie. Peut-être qu’il peut vous aider à mieux appréhender ce moment. Pour le parcourir, cliquez ici.
      Nous vous envoyons toutes nos pensées et notre courage dans cette épreuve.
      Audrey

    • Audrey Costa says:

      Bonjour,

      Nous savons qu’il s’agit d’une épreuve très dure… En attendant de prendre votre décision, voici un article qui pourra peut-être soulager votre quotidien. Pour le parcourir, cliquez ici.

      Vous envoyant toutes nos pensées et notre courage.

      Cordialement,

  3. Adèle Roost says:

    Bonjour,
    Il y a quelques années, j’avais dû faire euthanasier ma petite chatte. Pour accompagner ce moment douloureux et éviter le stress à ma petite minette, le vétérinaire nous avait proposé de lui donner à la maison un somnifère avant de la lui emmener à son cabinet. Elle s’est endormie doucement dans son univers quotidien puis il lui a fait les deux piqures anesthésie puis létale à son cabinet.
    Que pensez-vous de cette solution? Je me suis longuement interrogée.

    • Audrey Costa says:

      Bonjour Madame,

      Nous sommes tellement tristes à la lecture de ce commentaire… Mais vous remercions infiniment de partager ce moment douloureux avec nos lecteurs, en quête de réponses également.

      Malheureusement, les choix autour de la fin de vie sont très personnels.

      Ils sont à discuter avec le vétérinaire qui est le seul professionnel apte à vous accompagner dans la prise de décision, la plus en adéquation avec vos convictions mais aussi les besoins de l’animal.

      Au final, le principal est votre présence auprès de votre petite chatte.

      Qu’elle ait senti votre amour et votre bienveillance tout au long de sa vie, et ce jusqu’au dernier moment, qu’elle soit aujourd’hui en paix et qu’elle ne souffre plus, n’est-ce pas tout ce qui compte finalement ?

      Vous envoyant nos sincères pensées.

  4. Isabelle says:

    Bonsoir. J’ai 50 ans et j’ai toujours vécu avec des 4 pattes. Qu’ils soient chat ou chiens, je ne pouvais pas vivre dans et ce dès mon plus jeune âge … Mes grands parents avaient deux bergers allemand et j’ai toujours eu de très grands chiens.
    En 2011, j’avais adopté une petite chienne de petite taille mais ayant plus que tendance à la fugue. Elle est revenue de son unique fugue légèrement blessée … j’ai toujours eu de l’amour pour les chiens et les chats vue que j’ai toujours eu de très faibles moyens. En 2012 après une séparation provisoire ma Cally est descendue de les genoux en couinant … Véto, radio … tout ça pour apprendre qu’elle avait besoin d’une biopsie pour voir à quel point l’os était rongé … la biopsie ayant été décidée elle a été endormie légèrement pour procéder au prélèvement. Malheureusement pendant l’anesthésie Cally a fait de l’arythmie cardiaque … le vétérinaire l’a donc réveillée en urgence !! Et m’a mis le marché entre les mains. Ou je décidai d’abréger sa vie ou je la voyais souffrir pendant au moins huit semaines car c’était à peu près le max de temps qu’il lui restait … j’ai donc préférer l’envoyer au paradis des anges canins et ce bien qu’elle n’avait que 15 mois. Quelques jours plus tard sont arrivés les résultats sanguins approfondis dénotant une leucémie du sang …
    Après 10 mois à pleurer, ne quasi rien manger, l’une de mes belles filles m’a amener au chenil et m’a dit de n’en sortir qu’accompagnée d’une boule de poils. Je suis tombée amoureuse de mon chien actuel. Abandonné sur le bord de la route à l’âge de 7 mois il a passé 3 mois obligatoires au chenil ….
    Depuis 2012 Cajou ne m’apporte que du bonheur … j’ai retrouvé grâce à lui le sourire, l’appétit et l’envie de vivre … il m’a d’ailleurs sauvé d’une TS en aboyant au point que ma voisine connaissant mon chien a détecté un problème et pendant mon hospitalisation elle a pris en charge mon chien. Je le suis jurée de toujours être là pour Cajou. Mais j’ai très peur au jour d’aujourd’hui de sa fin de vie. C’est un chien très vif pour les sorties mais le reste du temps il dort et à du mal à se mouvoir sans gémir …. Surtout le matin au réveil …. J’ai peur de partir le matin pour travailler et ne pas le voir m’accueillir au balcon quand je rentre …. Je sais qu’un jour soit je le retrouverai mort (moi ou mes enfants) soit je devrai (re)prendre la plus lourde des décisions pour ne pas qu’il souffre …sur beaucoup de site on conseille une alimentation à base de CBD hors de prix et des croquettes alimentaires adaptées à l’âge de mon chien …
    Au moment où je rédige ce message Cajou dort a mes pieds comme tout les soirs. Il ne s’éloigne jamais très loin de moi, l’abandon dont il a été victime l’a sévèrement traumatisé et il est devenu mon « chewing-gum » d’amour ….
    Voilà je voulais juste partager mon sentiment à ce jour. Non sans larmes car j’ai vraiment peur. Cajou à 10 ans et 3 mois …. J’ai peur de le voir souffrir …. Peur de sa mort même si je sais qu’elle est inévitable !!! On est pas éternel et je sais que tout comme Cally et quelque soit le coût auquel cela me reviendra j’opterai pour la crémation avec récupération des cendres afin que Cajou et Cally repose à mes côtés lorsque moi même je fermerai les yeux. Mes enfants savent déjà ce qu’ils doivent faire lors de mon décès des cendres de Cajou et Cally….
    J’ai écrit ce long roman pour libérer ma parole j’espère ne pas vous avoir abruti de niaiseries …
    Je vous souhaite une bonne nuit. Veillez sur vos loulous ils si t les plus fidèles compagnons que l’on puissent avoir et encore plus que les hommes qui sont si décevants !!!!

    • Audrey Costa says:

      Bonjour Isabelle,

      Quel courage de nous avoir fait part de toutes ces épreuves ! Merci d’avoir partagé avec nous un bout de votre cœur. Ce sont des émotions tellement sincères et spontanées, qui font, je pense, écho à bon nombre d’entre nous.

      Votre message nous rappelle à tous l’importance et la place de nos animaux dans nos vies ! Une fois adoptés ils sont comme des membres de notre famille, nos bébés. Et comme nos propres enfants, il est extrêmement douloureux de les voir souffrir. 🙁

      Le pire reste bien sûr leur perte, qui nous hante tout au long de leur vie et nous déchire une fois l’heure arrivée. Nous savons à quel point il est difficile de reprendre une vie “normale” après. Cela nous rappelle aussi qu’il faut profiter d’eux, tant qu’on a la chance de les avoir à nos côtés !

      Je souhaite en tout cas à tous nos lecteurs qui sont passés, passent, ou vont passer par cette épreuve, de trouver un Cajou comme le vôtre, un “chewing-gum d’amour” qui redonne le sourire et la joie de vivre à ceux qui pensaient l’avoir perdu.

      Vous envoyant à vous et Cajou nos sincères pensées.

  5. Maria R says:

    Quoi faire quand on adopte un chien de race boxer et qui se révèle Am Staff Terrier, donc de catégorie 1, quelques mois après ? On ne peut pas le donner, ni le garder, on n’a que le chois de le tuer ! Que me conseillez-vous ?

    • Audrey Costa says:

      Bonjour Madame,

      Pour commencer et afin de vous rassurer, bien-sûr que l’euthanasie n’est pas une option ! Il est tout à fait possible de garder votre toutou ou de le faire adopter.

      Pour connaître les démarches et vous faire accompagner, je vous conseille donc de vous rapprocher de votre SPA locale ou de votre vétérinaire.
      Ces derniers vous aideront à mettre en règle votre petit protégé et vous aideront à lui offrir la vie qu’il mérite.

      Il s’agira notamment dans un premier temps de définir si votre chien est lof ou non lof, car il n’appartient pas forcément à la catégorie 1.

      Cordialement,

      • Skirlo Sylvie says:

        Bonjour
        Propriétaire de chiens depuis toujours, une incompréhension se pose à moi aujourd’hui.
        Actuellement 5 chiens élevés ensemble.
        Puis il y à 3 ans, ma berger créole change complètement de comportement.
        Elle ne supporte plus mes autres chiens et les attaques violemment.
        Des vetos en urgence et des agrafes pour les pauvres loulou.
        Moi même mordu 2 fois, que je pensais dû à leur séparation.
        Puis il y a 2 ans elle m’attaque personnellement et ma sœur a dû intervenir pour la décrocher de sur moi.
        Urgences, soins et antibio pour moi.
        Chienne déclaré en mairie.
        J’ai consulté une comportementaliste qui après plusieurs essai médicamenteux à finis par la mettre sous prozac.
        Malgres cela impossible de remettre ma troupe ensemble.
        Du coup des galères s’installent avec beaucoup de contraintes.
        La chienne passe beaucoup de temps au cellier pour laisser les autres toutous profiter de la maison.
        Et enfermement des petits quand on veut prendre Talgie.
        Nous avons tenue 2 ans.
        Mais voilà il y à 15 jours nouvelle attaque sur une de mes autres chiennes qui c’est faufiler et en les séparants c’est encore moi qui ai été mordu.
        Nouvelle déclaration, visite sanitaire et tout le tatouin.
        Aujourd’hui les vetos nous conseille l’euthanasie.
        Mais voilà on aime notre Talgie qui est gentille une fois seule.
        Par contre elle est toujours stressé et tremble très souvent.
        Les analyses de sang laissé suggéré la maladie de Cushing.
        La grande question c’est doit-on l’euthanasié.
        Elle n’a que 6 ans.
        Elle vient de la réunion où elle était errantes et malmené par les jeunes, avec des bagarres de chiens et beaucoup de marque de morsures sur elle
        Nous pensons qu’elle garde un profond traumatisme.
        Véto, comportementaliste, éducateur canin et amis nous disent tous de l’endormir.
        On culpabilise

        • Audrey Costa says:

          Bonjour Madame Skirlo,

          Tout d’abord, laissez nous vous apporter notre soutien face à cette situation terrible. Nous savons à quel point on peut se sentir désemparé devant la détresse de nos compagnons. Toutefois, on ne peut qu’être admiratifs face au courage dont vous faites preuve. Les choix que vous devez faire aujourd’hui étant très intimes, nous espérons que vous trouverez la solution qui vous permettra de retrouver la paix au sein de votre famille. Nous n’avons pas la prétention de pouvoir régler ce problème, mais peut-être que cet article pourrait vous donner quelques pistes pour apaiser la cohabitation avec vos animaux. Pour le parcourir, cliquez ici.

          Cordialement,

  6. André RICARD says:

    Merci pour tous ses témoignages.
    nous avons une petite chienne âgée de 18 ans passé et je crois bien qu’elle est arrivée au bout.
    bien que toujours sur ses 4 pattes, elle monte toujours sur le lit.
    mais quelquefois la démarche est incertaine et elle semble ailleurs..
    elle entend apriori, elle voit un peu avec sa cataracte, par contre elle ne s’alimente plus seule, on lui donne ce qu’elle veut prendre sur le moment. elle boit beaucoup et donc pisse autant dedans mais arrive aussi a sortir pour ses besoins. je ne suis pas sure qu’elle nous reconnaisse par moment. elle ne se plaint pas trop. difficile de prendre une décision, mais les nuits sont courtes car elle se lève régulièrement depuis quelques mois toutes les nuits et parfois plusieurs fois, je la laisse sortir dehors et elle revient d’elle même. on ne sait que penser !… nous avons 2 autres chiennes de 4 ans et 6 mois.

    • Audrey Costa says:

      Bonjour monsieur,

      Merci à vous pour ce témoignage. La fin de vie n’est effectivement jamais évidente à vivre, bien que différente pour chacun. Nous avons rédigé un article sur ce thème. Peut-être que ce dernier pourrait vous aider à aborder cette étape avec plus de douceur. Pour le parcourir, cliquez ici.

      Vous apportant tout notre soutien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notre site internet utilise des cookies 🍪, comme la plupart des sites, afin de nous aider à améliorer votre expérience lorsque vous naviguez sur notre site. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela.